La gestion du budget de l’évènement au centre des querelles. Décédé mardi 7 juillet 2015, Chief Endeley sera conduit à sa dernière demeure dans les tout prochains jours. La date du samedi 25 juillet 2015 est avancée par des sources crédibles. Après l’annonce du décès de cet acteur majeur de la consolidation de la Réunification du Cameroun, l’élite du département du Fako (dont le chef-lieu est Buea) a entrepris, sous la férule de l’ancien Premier ministre (aujourd’hui président du groupe parlementaire Rdpc au Sénat), Peter Mafany Musonge, de préparer des obsèques dignes en l’honneur du chef Bakweri.

Rassemblée à Yaoundé, l’élite du Fako vivant à Yaoundé à collecté « seulement », d’après nos informateurs, la somme d’1.800.000 Fcfa. Plus tard à Buea, les populations de ce département dans la région du Sud-Ouest et d’autres élites ont réuni 5.700.000 Fcfa. Ce qui fait à ce jour une cagnotte totale de 7.500.000 Fcfa.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le problème vient ce que des comités (trois aux dernières nouvelles) s’affrontent pour la gestion de cette manne. Parmi les personnes indexées, il y a une vice-présidente de l’Assemblée nationale, originaire du Fako, qui n’aurait offert que 250.000 Fcfa. Cette dernière tient pourtant à gérer l’hébergement et la restauration des invités dans un hôtel bien connu à Buea. Pour ce faire, elle réclame pas moins de 5 millions Fcfa. Toutes choses qui fâche le comité local d’organisation, qui estime que l’élite de Yaoundé ne peut pas faire ce genre de réclamation alors qu’elle n’a pas cotisé grand-chose. Il revient à présent au sénateur Peter Mafany Musonge de trancher.


Mort à 92 ans, Chief Endeley passait pour un « faiseur de ministres et Dg » dans la région du Sud-Ouest. Pharmacien, puis magistrat, le défunt chef de la communauté Bakweri a été, de son vivant, premier président de la Cour suprême du Cameroun occidental, jusqu’à la veille de la Réunification en 1972. Dès 1975, il est le premier président de la chambre administrative du Cameroun avec rang de vice-président de la Cour suprême, poste nouvellement créée par le président Ahmadou Ahidjo.