Features

Le vent de la Fifa sur la Fecafoot ?

fifa_logo-Cameroun

Les mauvais vents qui soufflent sous le ciel de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA)  épargneront-ils le ciel de la Fédération Camerounaise de Football  (FECAFOOT) ?

La question se pose d’ores et déjà  avec acuité. C’est presque la panique dans les rangs camerounais. Si l’on a décidé de faire le ménage au sommet de l’instance faîtière du football mondial, pourquoi ne le ferait-on pas au niveau de la FECAFOOT, qui au fil des ans perd en crédibilité. Depuis des lustres, des soupçons de corruption pèsent sur bon nombreux de hauts responsables  de la fédération. De façon parcimonieuse et même parfois complaisante, certains ont été interpellés et auditionnés par la police judiciaire camerounaise. Mais sans plus. Pour des raisons dont la majorité des camerounais ignorent les véritables mobiles et contours, les mis en cause  ne sont presque jamais inquiétés outre mesure. La plupart du temps, ils ressortent de ces simulacres d’auditions soit en sifflotant, en bombant le torse, soit en roulant les mécaniques comme pour narguer ceux qui leurs prédestinent un sort fatal.

Hormis le cas des présumés coupables, il y a celui des personnes dont les preuves de détournement sont clairement établies par la fédération. Combien de responsables ont-ils distrait l’argent destiné au développement du football camerounais ? Combien ont-ils détourné l’argent alloué au football des jeunes ? Combien  ont-ils trempé les mains dans les budgets réservés au football féminin ou autres projets dignes d’intérêt susceptibles de contribuer au rayonnement du foot camerounais ? À la FECAFOOT,  les visages de toutes ces personnes sont à peine voilés. On connait tout ce beau monde, mais on en parle sous cap de peur de briser la chaîne des complicités.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Beaucoup  ne mériterait plus respirer l’air frais du dehors. Leurs places sont inéluctablement dans les geôles de la république. Mais paradoxalement, ils mènent une vie étrangement sereine. Sans la moindre vergogne, ils laissent entendre à qui veulent les écouter que c’est aussi leur tour de prendre place sur l’autel des orgies.

Et le plus embêtant est que quand bien même ces détourneurs de grand chemin sont traduits  devant les tribunaux compétents, leurs procès ont toutes les allures d’un procès à la kafkaïenne. Tel que  décrit par Franz  Kafka  célèbre écrivain Tchèque de langue allemande, c’est un procès qui malgré le fait que tous les chefs d’accusations sont connus, aucun juge du prétoire n’ose  se prononcer. Toutes les composantes de la machine judiciaire sont grippées, et de ce fait, le procès ne connait aucun dénouement. Voilà exactement à quoi ressemblent les procès des responsables de la FECAFOOT.

A la faveur du vent qui souffle à la FIFA, les fossoyeurs du football camerounais doivent être jugés et condamnés en bonne et due forme. Qu’on arrête de  tourner en rond, de caresser les fauteurs de troubles dans le sens du poil. Tant qu’on continuera  à jouer avec ceux qui ont pillé l’argent du football et à entretenir les réseaux mafieux, le football camerounais ne sortira jamais de l’ornière. Le temps des vaches grasses doit finir. Les personnes sans foi ni loi   et autres fraudeurs à la réputation établie doivent être traqués avec la dernière énergie. L’ère de l’assainissement a véritablement sonné. La FIFA, comme  dans d’autres circonstances  doit veiller qu’il en soit ainsi pour le bien et l’avenir du football camerounais. A n’en point douter, Les fossoyeurs du football camerounais sont aux abois…

Emmanuel Jonas KANA

Populaires cette semaine

To Top