Features

Le Tchad étudie de très près les possibilités d’intervention contre Boko Haram

l-Allemagne-contre-Boko-Haram

Plus de quinze villages voisins attaqués en quelques jours, « des centaines de corps jonchant le sol » décrits par les rares survivants à avoir atteint des villes de la région : autour de Baga, dans l’extrême nord-est du Nigeria, un massacre d’une ampleur inédite vient d’être commis en l’espace de plusieurs jours par les insurgés de Boko Haram.

Lundi, une attaque contre une base militaire de Kolofata, au nord-ouest du Cameroun, a provoqué la fuite de nombreuses personnes. Le temps n’est plus à l’exactitude des chiffres, mais à la prise de conscience de l’ampleur de la menace. Le Tchad voit les actions de Boko Haram se rapprocher dangereusement du point où son sol sera bientôt frappé à son tour. La capitale tchadienne, N’Djamena, n’est qu’à quelques heures de route de cette zone.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La proximité de Baga avec le lac en fait un endroit stratégique. Boko Haram contrôle certaines des îles du lac, et des convois d’armes qui ont transité par le Tchad, en provenance de Libye, ont sans doute emprunté des itinéraires passant dans cette région. De plus, c’est de là que la réponse militaire régionale est supposée trouver un point d’ancrage dans le cadre de la MNJTF (Multinational Joint Task Force, force multinationale conjointe).

Le Tchad étudie donc de très près les possibilités d’intervention contre Boko Haram dans la zone frontalière avec le Nigeria et le Cameroun. On comprend maintenant pourquoi le Président Idriss Déby s’est fait représenter au rassemblement républicain de dimanche à Paris à la dernière minute par le Premier ministre Kalzeubé Payimi Deubet.

© Source : tchadpages.com

Populaires cette semaine

To Top