Features

Le sélectionneur Enow Ngachu voit le Lionnes en finale de la Coupe du Monde

enow_ngachu_lionnes-match

Le principal artisan des succès du Cameroun au Canada ne se dit pas surpris par les performances de ses joueuses. Le déjà très adulé et très applaudi sélectionneur des Lionnes indomptables du Cameroun a de grandes ambitions.

Il voit ses joueuses disputer la finale de la Coupe du Monde de football féminin qu’accueille en ce moment le Canada. C’est ce qu’il a déclaré ce vendredi au site Internet jeuneafrique.com. «C’est une génération qui, à mon avis, peut arriver en finale de cette Coupe du Monde», conclut-il sa réponse lorsque l’on lui demande sur quelles joueuses il s’appuie en particulier au Canada. Le technicien confie qu’il les incite à sa manière, à se surpasser sur le terrain, à aller au bout de leur rêve.  Par exemple, ce psychologue d’un autre genre leur  fait prendre conscience de ce que «tous les Camerounais et tous les Africains sont derrière elles». Raison pour laquelle  elles doivent «se donner à fond pour écrire l’histoire du football camerounais et africain».

Enow Ngachu
Photo: (c) FIFA

Une mission qui pour lui, n’est pas impossible. «Elles peuvent le faire. Il suffit juste d’y croire», opine l’entraîneur. Celui qui affichait à la fois prudence, réserve et modestie à la veille du mondial canadien affirme aujourd’hui qu’il n’est pas surpris par les résultats de ses pouliches. « Nous nous attendions à ce genre de performances. Nous sommes venus à la Coupe du monde en voulant faire mieux qu’aux Jeux olympiques de 2012, où nous avions perdu trois matchs en encaissant onze buts et en n’en marquant qu’un seul. Nous avons travaillé en conséquence et nous avons tiré les leçons de cet échec. Nous avons également eu l’avantage de jouer contre des pays comme la Suisse et l’Équateur qui n’avaient pas cette expérience», explique-t-il, convaincu de ce que pour l’instant, elles «peuvent aller au-delà des huitièmes de finale».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 


« On me dit même que je devrais remplacer Volker Finke »

Même s’il croit que son groupe «peut titiller les plus grandes nations du football», l’entraîneur faiseur de miracles admet neanmoins que «sur le plan de l’expérience, nous avons encore à apprendre et il y a sûrement des choses à revoir». Bien que très confiant, Carl Enow Ngachu redoute l’enthousiasme populaire qui a suivi leur belle prestation au Canada. Il s’étonne de l’ «agitation» qu’il perçoit sur les réseaux sociaux. «On me dit même que je devrais remplacer Volker Finke à la tête de la sélection masculine !», rapporte-t-il avant de se réfugier dans une lucidité que chacun comprendra. «Pour le moment, je suis concentré sur mon équipe et cette Coupe du monde. Atteignons nos objectifs et, ensuite, nous ferons le bilan», achève-t-il.

Robert Ndonkou

Populaires cette semaine

To Top