Features

Le RDPC, parti au pouvoir célèbre les 32 ans de « Renouveau »

couple-présidentiel-paul biya

«Tous derrière le président Paul Biya dans la bataille contre l’insécurité pour la sauvegarde de l’intégrité territoriale, la préservation de la paix et la consolidation de l’unité nationale ». Tel est le thème retenu, cette année, par le Comité central du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (Rdpc), à l’occasion de la célébration du 32e anniversaire de l’ascension du chef de l’État à la magistrature suprême. La circulaire N° 57/RDPC/CC/SG/CAB du 28 octobre 2014 signée de Jean Nkuété se veut plus précise quant aux articulations de l’évènement.

« Le trente-deuxième anniversaire du Renouveau national marquant l’accession à la magistrature suprême de son Excellence monsieur Paul Biya se célèbre cette année dans un contexte, hélas, fortement marqué par les velléités de déstabilisation de notre pays avec la guerre qui nous est imposée  aux frontières septentrionales et les agressions récurrentes subies par les populations aux frontières orientales du Cameroun», peut-on y lire. Selon le Sg du Comité central du parti de Paul Biya, ces velléités déstabilisatrices tendent à installer une véritable psychose au sein des populations, dans le but ultime d’ébranler la foi du peuple camerounais en la paix, la concorde et l’unité nationales qui sont les indicateurs les plus constants de la singularité et de la stabilité institutionnelle du Cameroun.

Sur le terrain, précise ladite circulaire, les président de sections Rdpc assurent la supervision des manifestations dont les contenus s’articulent autour du soutien au président de la République dans la guerre contre Boko Haram et de l’aspiration inextinguible des populations camerounaises à la paix et à la stabilité. Les autres camarades, poursuit Jean Nkuété, membres du gouvernement, maires, membres du parlement, directeurs généraux, opérateurs économiques et autres élites s’unissent dans leur localité respective derrière le président de section Rdpc pour assurer le succès de la célébration.

Opération Épervier.

En interne, les supputations se portent surtout aujourd’hui sur le sort de ceux qui sont mis ainsi sur la touche. Les cris d’orfraie tintent. Les boucliers se dressent. Au sommet du parti, on comprend que dans la perspective du prochain remaniement ministériel toujours attendu, plusieurs cadres du parti cristallisent les passions. En effet, depuis la relance de l’opération « Épervier », ils sont nombreux, ces directeurs généraux, opérateurs économiques et autres élites qui ont perdu le sommeil. De là à prédire d’autres prises, il y a un pas que beaucoup n’hésitent pas à franchir. Il s’agit, insiste-t-on, de revoir la taille dudit gouvernement, de faire émerger de nouvelles têtes et, pour clôturer le tout, de relancer cet opération d’assainissement des mœurs avec une série de nouvelles arrestations.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

De même, à la faveur des opérations de renouvellement des bureaux des organes de base de cette formation politique qui devraient bientôt désigner des responsables à la tête des unités politiques, tout porte à croire que l’on veille au profil des présidents de sections. Il est bon de rappeler qu’attendue depuis juillet 2012 – délai statutaire de fin de mandat des équipes mises en place en 2007-, ces opérations issues des profondes mutations intervenues dans les textes de base lors du congrès ordinaire du Rdpc des 15 et 16 septembre 2011, devraient consacrées l’éclatement, mieux la création de nouvelles sections. Dans l’esprit de la circulaire du Sg/Cc, le parti entend barrer la voie à tous ces hauts fonctionnaires et financiers du Rdpc cités dans des cas d’indiscipline ou ceux qui n’arrivent pas à se départir de la corruption et des détournements des deniers publics.

« Ce sont les résolutions du congrès extraordinaire du 21 juillet 2006 que le Comité central est en train d’appliquer, recommandant que le Rdpc ne soit plus un parti des états-majors. Il n’est plus question que les personnalités ressources, constituées essentiellement de hauts fonctionnaires, dictent leur loi.  Ils sont là pour nous accompagner dans l’animation du parti», confie un président de section. Par contre, pour un membre du gouvernement et membre du Comité central approché par La Météo, « c’est une option de la hiérarchie du parti. Il n’y a aucune malice derrière cette décision. Il se trouve seulement que la hiérarchie du parti a voulu fêter un évènement national, qui marque le passage de témoin entre Paul Biya et Ahmadou Ahidjo. Le Rdpc quant à lui, entend marquer d’une pierre blanche son 30e anniversaire (de sa création), le 24 mars prochain. D’ailleurs des commissions sont d’ores et déjà à pied d’œuvre pour le succès de l’évènement».

Toutefois, fait remarquer un cadre du parti de la flamme ardente, si la circulaire de Jean Nkuété vise sans doute à éviter la cacophonie entretenue à plein temps par certains dignitaires, cela pourrait également renvoyer à un piège tendu aux présidents de sections Rdpc. L’on pense à propos que ceux qui n’ont véritablement pas montré grand-chose sont appelés à céder la place à d’autres hommes et femmes plus dynamiques et sans doute plus jeunes aussi.

Mamouda Labaran

Populaires cette semaine

To Top