Features

Le président Paul Biya privilégie l’économie et la sécurité

Mayo-Baléo-président_paul_biya_Rdpc_Cameroun_MISCA

Depuis la deuxième quinzaine du mois de décembre 2014, le président de la République est sur tous les fronts, au nom de la préservation de la paix, de la souveraineté et de la démocratie du Cameroun. Journées très chargées pour le Président Paul Biya depuis la tenue du Conseil ministériels le 09 décembre 2014, celle du Conseil supérieur de la magistrature le 18 décembre, la décision responsable et salvatrice du recours de l’aviation militaire camerounaise, le 29 décembre, dans une attaque menée contre la ligne de front de Boko Haram, le traditionnel message du 31 décembre à la Nation, les vœux des Corps constitués, et les vœux du Corps diplomatique le 8 janvier 2015, rien n’est négligé dans ce vaste calendrier d’action du Président Biya.

Vaste programme… c’est pourtant l’exercice ô combien harassant auquel s’est livré le chef de l’Etat dans un contexte de montée en puissance des actes et crimes terroristes dans le monde entier, parmi lesquels les récentes tueries des journalistes du journal satirique Charlie Hebdo le 07 janvier dernier, suivi des meurtres d’une policière municipale, des prises d’otage du 09 janvier et des morts des terroristes et des otages de la Porte de Vincennes… Il faut l’avouer, trop de choses se sont produites en quelques semaines d’intervalle pour que l’on continue de sous-estimer la nuisance du terrorisme que combat activement le Cameroun, et des pertes que la secte criminelle enregistre du fait des répliques de l’armée camerounaise. C’est peu de dire que Boko Haram est aux abois. La vidéo que diffuse l’un des chefs de cette bande d’extrémistes depuis quelques jours sur Internet est le témoignage de sa perte de vitesse, et même de logique. Connaissant bien l’être de marbre qu’il sait feindre en pareille circonstance, le Président Paul Biya n’en a cure, des balbutiements agonisants de Boko Haram. Seule compte l’action…

Depuis le discours du 31 décembre, l’actualité du monde a beaucoup évolué. Celle du Cameroun aussi. Il n’y avait pas meilleure occasion que les vœux au Corps diplomatique pour coller aux derniers événements que vit notre pays, et le monde depuis le début de l’année 2015. Paul Biya a à nouveau parlé. Il a donné la position officielle du Cameroun par rapport aux récentes évolutions du monde sociopolitique. L’allocution objective de SE Malik Toufik, doyen du Corps diplomatique accrédité à Yaoundé résume inexorablement le mérite du Président Paul Biya et de son pays à faire face au terrorisme, en même temps que le chef de l’Etat combat activement la corruption : « Le contexte mondial d’insécurité et de violence, a eu son ascendant sur la sous région.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Et l’année 2014 a été malheureusement celle de l’acharnement aveugle, d’un terrorisme abjecte sur le Cameroun dans sa partie septentrionale. A l’agression et aux assauts de la secte sans foi ni loi de Boko Haram, sont venus s’ajouter les enlèvements de paisibles citoyens et innocents ressortissants étrangers. Je voudrai relever ici, au nom de mes pairs du corps diplomatique, que dans ce combat, le Cameroun a agi avec responsabilité et détermination… Nous nous réjouissons de cette mobilisation et de votre engagement sans cesse renouvelé à mener une lute implacable contre le terrorisme. Une lutte dans laquelle le Cameroun ne devrait pas se sentir seul. Car, le terrorisme lui, est global, ne connaissant pas de frontière et exige ainsi, une solidarité et une riposte tout aussi global » a déclaré Malik Toufik, pour s’en féliciter et féliciter le pays de Paul Biya : « « Le Cameroun a beaucoup fait tant pour l’apaisement de la situation dans ce pays que dans la réponse humanitaire en évitant notamment de fermer sa frontière et en accueillant le plus gros flux de réfugiés centrafricains dans la région»

Dans sa réponse, le Président Biya s’est appesanti sur deux grands sujets qui lui tiennent à cœur : le défi de l’économie et le maintien de la sécurité. « Si on s’en tient uniquement à la multiplication des foyers de tension ou de conflit armé, on serait tenté de dire que 2014 n’a pas été une bonne année. En revanche, on ne peut pas ne pas reconnaitre que l’économie mondiale a manifesté des signes de reprise dans certaines régions de la planètes » a-t-il relevé avant d’embrayer sur l’insécurité, la principale préoccupation de l’heure.

« Dans mon dernier message à la nation il y a quelques jours, j’ai eu l’occasion de parler de l’intensification des attaques de Boko Haram contre le Nord de mon pays et de la façon dont nous avons réagi… je voudrais aujourd’hui insister sur le caractère global de la menace dont nous sommes l’objet. Ceux qui ont tenté d’asservir le Mali, ceux qui s’empennent périodiquement à notre territoire national, ceux qui probablement font influencer certaines factions en Centrafrique, et ceux qui ont crée le chaos en Somalie, poursuivent le même objectif : établir leur pouvoir sur la bande sahélienne, de l’atlantique à l’océan indien, et y installer leur régime obscurantiste et impitoyable. A menace globale, la riposte globale. Telle devrait être la réponse de la communauté internationale. » Le chef de l’Etat camerounais qui sait coller à l’actualité s’est penché sur les actes de terreur qui viennent de secouer la France : «L’attentat à Paris contre un organe de presse montre bien jusqu’où peut aller le fanatisme. Je condamne avec force cet acte odieux des adeptes de la violence et de la terreur». Voila qui est donc clair, le Cameroun n’abandonne pas les chantiers économiques, par temps de guerre. Sur ce plan, l’émergence du pays en 2035 n’est pas un simple slogan.

Correspondance de Donald Fabien Kamgain

Populaires cette semaine

To Top