Features

Le président Cavaye Yiegue en difficulté à la sécurité militaire

sécurité-militaire-Cavaye-Yeguié-Djibril-candidat-Bouba-Simala-Sénat

Nos sources à la division de la sécurité militaire à Yaoundé sont formelles : Tous les hommes de divers rangs affectés à la garde du Président de l’Assemblée Nationale ont subi un interrogatoire musclé à la sécurité militaire le Vendredi 26 Juin dernier entre 9H et 14H.

Soumis à une confrontation avec le capitaine BOUBA SIMALA toujours détenu à la prison militaire de Yaoundé, les enquêteurs ont voulu savoir pourquoi la garde du PAN est restée muette et inoffensive du samedi 13 Juin, jour de l’incident jusqu’au Jeudi 18 Juin lors de la convocation du « capitaine terroriste » à la SEMIL. La garde n’a ni neutralisé « le terroriste » ni informé la hiérarchie militaire.

Pour mémoire, accusé d’actes de terrorisme par le PAN, le capitaine BOUBA SIMALA se baladait tranquillement dans les rues de Yaoundé. Il a d’ailleurs été dans les bureaux de l’Assemblée Nationale le Lundi 15 Juin et a rendu visite à des députés à leur hôtel le Mardi 16 Juin avant de se faire convoquer par la sécurité militaire le 18 Juin. Ce dernier s’y rendra d’ailleurs sans pression aucune. Curieux tout de même pour un « grand terroriste ». L’on apprendra également que le PAN avait partagé une salade avec son neveu « Terroriste » à sa résidence le Lundi 15 Juin à midi c’est-à-dire 48 heures après l’incident. Bizarre!

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Troublés les enquêteurs de MEBE NGO’O veulent savoir pourquoi le PAN  a laissé son ex-garde du corps dormir à ses côtés (50m séparent les deux résidences) pendant cinq jours avec ses deux armes sans s’en inquiéter ? Lui qui l’avait déjà taxé de terroriste N°1? Comment expliquer à l’opinion que l’épouse du grand « Terroriste » soit encore en service au cabinet du PAN comme chargée d’études ? Cette dernière est d’ailleurs la fille aînée du colonel HOLONG de la sécurité présidentielle.

Doutes sur les communications du capitaine BOUBA SIMALA.

A la question de savoir par quel moyen le capitaine « Terroriste » avait-il passé ses messages d’enlèvement du PAN, la garde de CAVAYE a répondu à l’unisson à partir de son talkie walkie. Les enquêteurs veulent savoir comment un officier de gendarmerie peut-il prendre le risque de passer les consignes d’enlèvement du Président de l’Assemblée Nationale à partir de sa phonie branchée sur tout le réseau sécuritaire de Yaoundé? Petit à petit l’accusation de terrorisme et d’enlèvement ne tient plus. Les enquêteurs pour être définitivement fixés sur cette accusation veulent entendre le Président CAVAYE et son directeur de cabinet BOUKAR rédacteur du fameux arrêté limogeant son ennemi BOUBA SIMALA.

Populaires cette semaine

To Top