Features

Le parlement ouvre sa session élective

Boko-Haram-Sénat-l’Assemblée-nationale-Cameroun-session-parlementaire-députés-armes

Députés et sénateurs retrouvent les hémicycles dès ce jeudi avec dans leur agenda, l’élection de leurs bureaux et l’examen des textes. Tout est suivi au détail près au palais de verre de Ngoa-Ekellé qui accueille ce jour les députés dans le cadre de l’ouverture de la première session ordinaire de l’année législative 2015.

Hier, en mi-journée, des ouvriers s’affairaient au règlement de la température au sein de l’hémicycle. « Nous réglons le niveau de la climatisation », lance l’un d’eux, un appareil entre les mains. Un hémicycle qui était déjà fin prêt pour accueillir, outre les députés, mais aussi les autres corps constitués nationaux qui prendront part dès 11h ce matin à la séance solennelle d’ouverture de la session. On verra, pour la première fois, à cet exercice, les nouveaux chefs de la Cour suprême, nommés le 18 décembre 2014 par le président de la République, à l’issue d’une session du Conseil supérieur de la magistrature.

Les travaux seront présidés, comme le veulent les usages, par le bureau d’âge qui va être conduit par le député RDPC Enow Tanjong, doyen d’âge de l’Assemblée nationale. Il sera, pour la circonstance, assisté de ses deux plus jeunes collègues. L’effervescence n’est pas moins importante du côté du palais des Congrès de Yaoundé où, cinq heures plus tard, le Sénat, sous la conduite de Chief Victor Mukete, doyen d’âge de la chambre, va procéder à l’ouverture des travaux. Ici, comme d’ailleurs du côté de l’Assemblée nationale, le secrétaire général, Michel Meva’a m’Eboutou, a présidé de nombreuses réunions préparatoires pour un déroulement adéquat de la présente session parlementaire.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Des préparatifs que l’administration du Sénat a étendu à l’hôtel Mont Fébé qui accueille, une fois de plus, les membres de la Chambre haute qui étaient déjà très nombreux dans la capitale hier. La configuration de l’hémicycle, dans la grande salle du palais des Congrès devrait être le même que lors des précédentes sessions du même type. Le Sénat, comme l’Assemblée nationale, va accueillir les corps constitués nationaux et le corps diplomatique à l’occasion de cette séance d’ouverture de la session de mars.

Très attendus ce jour, les discours des doyens d’âge des deux chambres. Sans être dans les secrets, l’on peut penser que le contexte marqué par la guerre contre la secte islamiste Boko Haram va figurer en bonne place dans leurs préoccupations. Comme le stipulent les règlements intérieurs de l’Assemblée nationale et du Sénat, le plus « lourd » sera sans doute à venir. Et il concerne la mise en place des bureaux définitifs des deux chambres. Soit 23 du côté de l’Assemblée nationale et 17 au Sénat.

Les députés et sénateurs, déjà présents à Yaoundé, ne pourront pas légiférer tant que cette condition n’aura pas été remplie. Bien malin qui s’aventurerait sur l’issue de cette échéance. Tout juste pouvons-nous indiquer, que comme l’année dernière, les deux chambres du parlement seront conduites par des membres du RDPC. Cette formation politique détenant une forte majorité de part et d’autre. Le RDPC ayant, par ailleurs, perdu l’année dernière l’un de ses membres de bureau au Sénat, en la personne du Fon Njifua Lucas Fontem. Les députés et les sénateurs espèrent simplement voir les choses aller très vite pour leur permettre de se consacrer aux autres aspects de leurs attributions : légiférer et assurer le contrôle de l’action du gouvernement.

Jean Francis BELIBI

Populaires cette semaine

To Top