Features

Le Nigéria se comporte de façon irresponsable face a Boko Haram

France-force-armée-multinationale-boko-haram

“Boko Haram est en train de mettre le feu (au Cameroun) et personne ne bouge le moindre petit doigt”, constate, amer, un responsable militaire Camerounais après un nouveau raid meurtrier des islamistes armés Nigérians contre une ville de la province de l’Extrême-Nord.

Pose d’explosifs, attaques de véhicules de transports en commun et de bases militaires, incendies dans les villages, vols de bétail: la multiplication depuis des mois des actes de la nébuleuse Boko Haram dans cette région du Cameroun inquiète les autorités militaires et civiles et effraie la population locale.

Lundi, d’intenses combats ont éclaté autour d’un camp militaire à Kolofata, à une dizaine de kilomètres de la frontière, opposant soldats camerounais à des centaines d’islamistes venus du Nigeria voisin. Selon le gouvernement camerounais, “143 terroristes” et un soldat ont été tués tandis qu’un important arsenal de guerre a été saisi. Il s’agit de la première attaque d’envergure menée dans l’extrême-nord du Cameroun depuis que le chef du groupe islamiste, Abubakar Shekau, a, dans une vidéo postée début janvier sur Youtube, mis en garde le président camerounais Paul Biya.

“Paul Biya, si tu ne mets pas fin à ton plan maléfique, tu vas avoir droit au même sort que le Nigeria (…) Tes soldats ne peuvent rien contre nous”, a-t-il déclaré.

Boko Haram a lancé depuis plusieurs mois une série d’attaques dans la région de l’Extrême-Nord qui partage une longue frontière avec le nord-est du Nigeria où la secte progresse à un rythme fulgurant, semant la terreur sur son passage. Le principal axe routier du nord du Cameroun, reliant Maroua à Kousseri, poste-frontière avec le Tchad, est désormais sous le menace permanente d’attaques de Boko Haram. Dans les zones situées près des frontières, les villageois migrent vers l’intérieur de la région, redoutant les exactions des islamistes armés.

“Ils (les islamistes) circulent tous les jours et partout (en territoire camerounais). Ils vont dans les villages, prennent les boeufs et les moutons. Ils rançonnent les gens”, relate une source proche des autorités traditionnelles de la région. “Les gens souffrent. Boko Haram circule facilement parce qu’ils disposent d‘éclaireurs (camerounais) qui les renseignent”, rapporte cette source, qui demande l’anonymat pour des raisons de sécurité.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Du côté du Nigeria, le groupe islamiste a pris le 3 janvier le contrôle de la ville de Baga, sur les rives du lac Tchad, où il était prévu de positionner une force multinationale chargée de la combattre. Des jours plus tard, il est revenu raser la ville et une quinzaine de villages aux alentours, perpétrant la tuerie “la plus meurtrière” de son histoire, selon l’armée nigériane. Depuis son début en 2009, l’insurrection et sa répression ont fait pas moins de 13.000 morts.

‘Séisme venu du Nigeria’

Au Cameroun, l’attitude du Nigeria et de la communauté internationale face à la progression de Boko Haram est très critiquée.

“Les soldats nigérians désertent leurs positions en abandonnant leurs armes. Ce sont avec leurs armes que nous sommes attaqués”, accuse le responsable militaire camerounais. “Le séisme vient du Nigeria et nous nous battons seuls pour contenir la menace”, se désole pour sa part un chef du Bataillon d’intervention rapide (BIR), une unité d‘élite de l’armée camerounaise en première ligne de la guerre contre Boko Haram. “Le Nigeria est irresponsable”, tranche, ferme un lamido (chef traditionnel) de la région.

Le Cameroun a longtemps été considéré par le Nigeria comme le maillon faible de la lutte contre les islamistes nigérians ceux-ci, utilisant son territoire comme base arrière et comme axe de transit d’armes. En décembre, Yaoundé a fait intervenir pour la première fois son aviation contre Boko Haram.

Actuellement, plus de 2.000 hommes sont déployés dans l’extrême-nord du Cameroun pour combattre les islamistes nigérians, mais des responsables militaires estiment à environ 30.000 le nombre de soldats qu’il faudrait pour mieux contrôler cette région où la frontière avec le Nigeria est très poreuse.

Via Camer.be ( sources AFP  )

Populaires cette semaine

To Top