A en croire nos confrères de l’hebdomadaire l’Anecdote, le ministre des relations extérieures, très malade depuis plusieurs semaines, a été discrètement évacué dans un centre hospitalier en France.

«Voyez-vous, plus l’heure est grave, plus on joue à cache-cache avec soi-même». Cette citation de Roger Martin du Gard, épouse bien la situation de Pierre Moukoko Mbonjo. Les siens se battent comme cent mille diables pour défendre et protéger l’image de leur champion alors que ce dernier va de plus en plus mal.

Malgré les démentis sur la nature du mal dont souffre le chef de la diplomatie camerounaise et les coups de gueule de son entourage, la presse qui avait annoncé son admission durant environ une semaine à l’hôpital général de Yaoundé, a cherché à savoir comment Pierre Moukoko Mbonjo allait une fois retourné à son domicile en fin de semaine dernière.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 


Pendant son enquête, l’hebdomadaire l’Anecdote fait savoir qu’il est tombé sur une source exclusive qui a vécu l’évacuation de l’illustre malade à l’étranger dans un état plus inquiétant. «C’est à bord des brancards et autre poussette que son excellence a été conduite discrètement dans la pénombre de la nuit à bord du vol 901 de la compagnie Air France. Un bien curieux manège sur le tarmac de l’aéroport de Nsimalen qui n’est pas passé inaperçu… Cette évacuation sanitaire de l’ancien ministre de la communication vient ainsi trancher le débat qui a cours sur son état de santé. De plus, elle démontre à suffire qu’il ne s’est jamais agit de fatigue ou d’épuisement voire d’un simple cas de paludisme comme a tenté vainement de le faire croire son entourage. Auquel cas, les autorités du pays n’auraient jamais décidé de son évacuation vers un plateau technique plus approprié. Et du coup, l’hypothèse d’un AVC semble gagner en ampleur à défaut d’autre pathologie» a conclu le journal Anecdote.

La vérité est que Pierre Moukoko Mbonjo est malade. Âgé de 61 ans, Pierre Moukoko Mbonjo dirige le ministère des Relations Extérieures depuis quatre ans.

Adeline Atangana