Features

Le Gabon recrute des enseignants de matières scientifiques au Cameroun

enseignants-matières-scientifiques

Le pays d’Ali Bongo Ondimba sollicite l’expertise des enseignants camerounais dans les domaines des mathématiques, sciences physiques, sciences de la vie et de la terre. Le ministre gabonais de l’Education nationale et de l’Enseignement technique et professionnel, Ida Reteno Assounouet, a adressé le 2 septembre 2015 à l’ambassadeur du Cameroun au Gabon,Samuel Mvondo Ayolo, une demande de mise à disposition des enseignants camerounais.

Les effectifs ainsi que les spécialités n’ont pas été spécifiés. C’est plutôt dans la transmission faite au  ministre camerounais des Enseignements secondaires par l’ambassadeur, qu’on découvre qu’il s’agit des enseignants des matières scientifiques (Mathématiques, sciences physiques, sciences de la vie et de la terre), révèle le quotidien Mutations en kiosque ce 7 octobre 2015.
Le journal explique que la formation des jeunes gabonais dans les filières scientifiques traduit la volonté de ses dirigeants à avoir une population jeune prête à affronter les défis de la science et de l’innovation, dans l’ambition qu’affiche le pays d’Omar Bongo Ondimba d’être émergent d’ici 2025. En attendant que les autorités camerounaises donnent une suite à cette demande, qui par ailleurs n’est pas la première en la matière, un regard de l’opportunité d’une telle sollicitation s’impose.
«Le Cameroun connait lui-même déjà, un déficit en termes de ressources humaines dans la population enseignante», souligne Mutations. En ce qui concerne les filières sollicitées, les matières scientifiques sont celles-là qui connaissent généralement un manque criard d’enseignants dans les lycées et collèges du pays. Mutations y voit tout de même un avantage sur le plan économique pour ceux-là qui seraient appelés à aller prêter main forte au «peuple frère du Gabon», et espére que «ce dossier que trouvera sur sa table le tout nouveau Ministre des enseignements secondaires, soit diligenter avec objectivité dans le choix des hommes, et que les conditions de leur séjour soient résolues avant tout éventuel départ du Cameroun».

Populaires cette semaine

To Top