Features

Le Gabon prospecte au Cameroun pour un emprunt obligataire de 50 milliards de F

BEAC_Siege-emprunt-obligataire-marché-PME-Zone-Franc

85% des souscriptions des titres émis par les Etats de la CEMAC sur le marché de la BEAC, sont le fait d’investisseurs camerounais

Des investisseurs camerounais sont actuellement courtisés par l’Etat du Gabon en vue de la réalisation de son emprunt obligataire sur le marché de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) d’une valeur de 50 milliards de FCFA, a appris la PANA ce mardi, de source officielle.

La Direction générale du Trésor du ministère camerounais des Finances, qui a fait la révélation, soutient que «les investisseurs camerounais manifestent un engouement remarquable pour le marché des titres publics de la BEAC depuis le lancement des emprunts obligataires dans cette institution financière».

«85% des souscriptions des titres émis par les Etats de la CEMAC sur le marché de la BEAC, sont le fait d’investisseurs du Cameroun, pays qui représente plus de 40% du tissu industriel de cet espace communautaire», poursuit la même source. Par ailleurs, l’Etat gabonais est conscient que sur les 12 banques qu’il a agréées comme Spécialistes en valeur du Trésor (SVT), six sont des banques du Cameroun à savoir: Afriland, Ecobank, SCB, UBA, Standard Chartered et UBC.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’on se souvient qu’en juin dernier, les détails de l’emprunt obligataire gabonais avaient été présentés aux investisseurs camerounais au cours d’une mission économique du Gabon au Cameroun. En effet, le Gabon prévoit effectuer deux émissions d’obligations du Trésor sur le marché de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC) en cette année 2014 pour un montant total de 50 milliards de FCFA.

La première opération, note-t-on, est prévue le 24 septembre 2014, soit dans deux semaines. Les deux émissions d’obligations ont été autorisées par une loi des finances rectificative, que le Parlement gabonais a adoptée en juillet 2014. L’argent ainsi collecté au cours de cet emprunt obligataire sera destiné au financement des projets routiers contenus dans le Schéma directeur national des infrastructures (SDNI) du pays.

Ce n’est pas la première fois que les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique Centrale (CEMAC) se donnent des coups de pouce pour leurs emprunts obligataires respectifs. En mars 2014, la Guinée équatoriale a été le premier souscripteur étranger de l’emprunt obligataire 2013-2018 de l’Etat du Cameroun. En décembre 2013, rappelle-t-on, l’Etat du Cameroun avait levé 80 milliards de FCFA grâce à son emprunt obligataire 2013-2018.

Panapress

Populaires cette semaine

To Top