Features

Le dispositif anti-Ebola en marche à Douala

aeroport_douala_hall_vol_asky_17082014_003_ns_600

Le filet sanitaire en place dans la capitale économique se déploie avec succès. Le dispositif de santé mis en place face à la menace du virus Ebola à l’aéroport international de Douala depuis plusieurs mois vient de se déployer avec succès. Le Samedi 17 et le dimanche 18 août derniers. Selon des informations fournies par le comité régional de prévention et de lutte contre les épidémies, deux vols de la même compagnie aérienne (Asky Airlines) ont fait l’objet de ce déploiement.

Dimanche en fin de matinée, un vol régulier Lomé-Douala a atterri. Si le Togo n’est pas concerné par les restrictions prises vis-à-vis des pays touchés par la maladie, le manifeste de bord a permis de constater que des passagers ayant embarqué à Lomé venaient de pays atteints. Seuls 23 Camerounais et cinq étrangers résidents réguliers à Douala (trois Français, un Allemand et un Marocain) ont pu débarquer, pour être aussitôt pris en contrôle médical (prise de température et d’autres paramètres). “Il n’y a pas de cas suspects, les intéressés sont sous observation. Ils ont reçu des conseils quant à la conduite à tenir en cas d’apparition de symptômes”, apprend CT d’une bouche autorisée.

Depuis dimanche, la suspension des vols en provenance des pays touchés par la fièvre Ebola est en vigueur à l’aéroport de Douala. “Elle est strictement respectée. L’équipe est sur le pied de guerre pour faire face à toute éventualité”, confie le gouverneur Joseph Beti Assomo.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Samedi, un vol Asky parti de Lomé et à destination de Kinshasa avait des escales à Lagos et à Libreville. Après l’arrêt en terre nigériane, où des cas d’Ebola ont été enregistrés, l’avion a survolé le Cameroun pour le Gabon. “Mais les autorités gabonaises ne lui ont pas donné l’autorisation d’atterrir. L’avion a lancé un S.O.S à Douala, son niveau de carburant ne lui permettant de rentrer ni à Lagos, ni à Lomé”, explique une source au sein du comité, qui insiste sur la détresse à laquelle il fallait répondre. Sur instruction du gouverneur, l’avion a été autorisé à atterrir, a complété son plein et est reparti. “Il n’a pas été ouvert et personne n’en est descendu”, assure notre source.

Le filet de sécurité ne se limite pas à l’aéroport. Toujours pendant le week-end, le cas d’un marin chinois malade a été signalé. Une équipe du comité s’est rendue en mer pour évaluer l’état de santé de l’ensemble du personnel de ce bateau venant du Nigeria. Il s’avère que le marin souffrait d’un accès palustre aigu. Il a reçu un traitement de quatre jours. Sa situation et celle des autres marins sera évaluée dans 21 jours à compter de leur départ de Lagos.

– La vigilance est de mise.

Alliance NYOBIA

Populaires cette semaine

To Top