Features

Le Contre-amiral Jean Mendoua était au front pour calmer les soldats de l’armée marine en colère

soldat-marine-nationale

La presse camerounaise et internationale se fait l’écho depuis trois mois, des tensions entre les soldats de l’armée marine camerounaise engagés au front de la guerre contre Boko Haram et la hiérarchie militaire.

Dans une lettre ouverte adressée au Chef de l’Etat et chef suprême des armées, certains soldats de la marine nationale se plaignent de la maltraitance, du détournement de leurs primes et de bien d’autres manquements. Ils auraient d’ailleurs exigé le limogeage du chef d’Etat major de la marine nationale. «Nous, militaires de la marine, demandons au président Paul Biya, de part sa sagesse, de bien vouloir limogé le chef d’Etat major de la marine camerounaise, le contre amiral MENDOUA JEAN, pour éviter une guerre interne qui risque se déclencher entre les marins qui sont abandonnés au front depuis plus de 09 mois maintenant ,sans relève et dorment à l’air libre, sans soin médical, dans une guerre qui avait été déclarée à Paris en France par le président Paul Biya» rapporte le confrère camerounais Nestor Nga Etoga, dans un article paru dans le journal Tchadien Alwihda info.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Afin de calmer les soldats et apporter des solutions à leurs revendications, Edgar Alain Mebe Ngo’o, le ministre délégué à la présidence chargé de la défense, a dépêché au front dans la région de l’Extrême-Nord, le Contre- amiral Medoua Jean, que les plaignants présentent comme leur principal bourreau. Mais, de retour de cette mission hier mercredi 19 août 2015, l’émissaire du ministre de la défense a fait une sortie médiatique pour déclarer que sa mission a été couronnée de succès. « J’ai été chargé par le ministre délégué à la présidence chargé de la défense de conduire une mission dans cette partie du pays en difficulté du fait de la secte Boko Haram. Spécifiquement, je devais évaluer la contribution des militaires de la marine nationale dont j’ai la charge. Nous avons trouvé sur le terrain, des hommes qui ont foi dans leurs missions, qui sont accrochés à leur poste, et qui ne lâchent rien. C’est ce que j’ai partagé avec le gouverneur (de la Région de l’Extrême-Nord, ndlr). Je lui ai dit qu’il devait continuer à faire confiance à ce contingent de la marine, qui s’implique de la manière la plus forte pour barrer la route à cette secte nébuleuse qui est Boko Haram » a déclaré le Contre-amiral Jean Mendoua au micro de la Crtv-Radio. A en croire une source sécuritaire, la hiérarchie militaire a promis des solutions à certaines revendications des soldats à partir de la semaine prochaine.

Adeline ATANGANA

Populaires cette semaine

To Top