Features

Le Cameroun sans Samuel Eto’o un bien ou un mal ?

Mercato-samuel Etoo-Cameroun-Bresil2014

Le Cameroun devrait jouer sans sa star Samuel Eto’o contre la Croatie, mercredi à Manaus(17h00 GMT) au Mondial-2014, mais son absence sur blessure pourrait résoudre autant deproblème qu’en créer, pour la tactique et la vie du groupe.

« Je ne prendrai probablement pas part au match contre la Croatie (à cause) d’une blessure au genou »,

a tweeté le buteur et capitaine des Lions Indomptables, confirmant la rumeurde son absence pour un match déjà crucial. Avec lui sur le terrain, le Cameroun a mal joué contre le Mexique au premier match (défaite1-0) et le joueur de Chelsea n’a tiré qu’une seule fois au but, semblant figer les trop raresattaques de son équipe. Pour Claude Le Roy, ancien mentor d’Eto’o, son absence serait « un manque, et pour deux raisons, explique-t-il à l’AFP, pour son immense talent et pour l’inquiétude qu’il crée chez les défenseurs adverses ».

Le match inoffensif contre les Aztèques n’est pas le fait d’Eto’o, selon l’ex-sélectionneur du Cameroun (1985-1988 et 1998 au Mondial). Le N.9 « n’est pas un joueur de contre-attaque qui prend tout le monde de vitesse, il a besoin de soutien », insiste-t-il, peu convaincu par lesystème très défensif choisi par Volker Finke. Son absence pourrait être compensée par Achille Webo, toujours efficace sous le maillotvert (56 sélections, 19 buts), voire par Vincent Aboubakar.

Disputes

« Webo est plus athlétique, Aboubakar possède un bon sens des espaces et de la vélocité »,estime Le Roy. Mais quel que soit le buteur, « s’il n’y a pas de milieu offensif pour le soutenir,le problème reste le même ».

Eto’o, joueur africain le plus titré (trois Ligues des champions, deux CAN, une médaille d’orolympique), est difficile à remplacer homme pour homme, mais le Cameroun peut trouver un système plus audacieux que sa barrière de milieux défensifs du match d’ouverture, avec(Benjamin) Moukandjo et (Éric) Choupo Moting plus arrières qu’ailiers. Son absence pourrait aussi libérer quelques joueurs, son leadership sur le groupe n’ayant pas toujours été sans grincement.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En Afrique du Sud, les disputes internes avaient sabordé la Coupe du monde des Camerounais, premiers éliminés. Les relations houleuses sont de tradition chez les LionsIndomptables et n’avaient pas empêché l’exploit de la bande à Roger Milla au Mondialeitalien, premiers quarts de finalistes d’Afrique en 1990.

« C’est vrai, l’ambiance n’était pas bonne en 1990, mais en 2010 c’était vraiment supercompliqué, commente le milieu défensif Stéphane Mbia, interrogé par l’AFP. Là, ce n’estvraiment pas le cas. »

En Afrique du Sud, la guerre Eto’o-Song avait plombé le groupe. « Nous avons été pendant longtemps en désaccord. Il y a eu des disputes, mais aujourd’hui, il n’y a plus de problème », a déjà dit Alex Song. Eto’o a aussi été suspendu un an par sa Fédération, avant d’être rappelé in extremis pourles barrages du Mondial contre la Tunisie. Là encore, Le Roy défend son ex-joueur. « C’est la vie du foot, il peut y avoir des accrochages dans un vestiaire, mais si on sait le prendre, il est extra pour un groupe, +Sam+ a bon fond,et c’est ça l’essentiel. » « Plus personne n’a de problème avec Samuel, ajoute Mbia. Samuel, c’est quelqu’un qu’ilfaut savoir accepter, il a un caractère un peu spécial mais il est intelligent. »

Eto’o est « un mec qui a tout gagné dans le football, c’est le plus fort, il faut le respecter »,ajoute-t-il, précisant qu’il « faut aller dans son sens ». Même du banc, le roi Lion saura montrer la voie contre l’aigle croate.

WebAdmin

Sources

Populaires cette semaine

To Top