Features

Le Cameroun organisera-t-il finalement la CAN 2019 ?

Cameroun_CAF

La délégation camerounaise a rejoint Addis Abeba en vue de la cérémonie de désignation prévue samedi prochain.

42 ans après l’organisation d’une Coupe d’Afrique des nations de football seniors, le Cameroun pourra-t-il rempiler ? La réponse ce samedi 20 septembre. En compétition avec quatre autres pays (Algérie, Côte d’Ivoire, RDC, Zambie) pour l’organisation de la 32e édition de la CAN en 2019, c’est à Addis-Abeba que tout se décidera. Là-bas, il faudra se montrer convaincant afin de décrocher les voix de la majorité des membres du Comité exécutif (19) de la Confédération africaine de football.

C’est une délégation constituée du ministre des Sports et de l’Education physique, du président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football, des secrétaires généraux de la Fécafoot et du ministère de l’Administration territoriale et de la Décentralisation, des représentants du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire, des responsables de la DGSN, de la présidence et des services du Premier ministre…, qui représentera le Cameroun.

Vendredi 19 septembre prochain, Tombi à Roko, le SG/Fécafoot aura 30 mn pour convaincre. 30 mn durant lesquelles il devra mettre en avant toutes les avancées effectuées depuis le passage en mai dernier, des cinq inspecteurs de la CAF en territoire camerounais. « C’est une version améliorée de la présentation faite pendant le passage des inspecteurs qui a été élaborée. Elle prend en compte les remarques effectuées par lesdits inspecteurs notamment sur les aspects sécuritaires que nous avons travaillés avec la DGSN », explique à CT, Laurence Fotso, chef du département de la Communication et du Marketing de la Fécafoot.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il y a quatre mois, cinq inspecteurs sillonnaient les villes de Yaoundé, Douala, Garoua, Bafoussam et Limbé. Dans le cahier de charges de la CAF, chacun des pays devra au moins compter quatre grands stades avec gazon naturel, huit terrains d’entraînement, des infrastructures hôtelières et hospitalières, des moyens de télécommunications et de transport entre autres. Le dossier du pays devra clairement mettre en avant les capacités d’accueillir les équipes et leurs supporters.

L’exercice sera le même pour chacun des cinq postulants. Et «  le pays a la liberté du contenu de sa présentation qui devrait l’aider à rallier les suffrages des membres du comité exécutif qui désignent par vote les pays-hôtes », explique Junior Binyam, directeur des médias à la CAF. Ces derniers vont d’ailleurs recevoir les rapports des missions d’inspection conduites sur les territoires des postulants.

L’objectif pour les candidats est de récolter la majorité des suffrages plus un (50%+1). Le vote est organisé par tour. Et à chacun des votes, un pays est éliminé. Au Cameroun, on se dit confiant car le pays espère gagner cette « compétition ». Les résultats ce samedi au cours d’une conférence de presse.

© Cameroon Tribune : Angèle BEPEDE

Populaires cette semaine

To Top