Economie

Le « Zoua-Zoua » à la rescousse à Garoua

station-carburant-frelaté-zoua-zoua

 Les nouveaux tarifs à la pompe ont considérablement relancé l’attrait pour le carburant frelaté (Zoua-Zoua), au détriment des stations service qui se vident.

Suite au communiqué gouvernemental rendu public le 30 juin dernier, révisant  à la hausse les prix des carburants à la pompe ainsi que du gaz domestique, les habitudes des automobilistes ont commencé à changer à Garoua. En effet, au niveau des stations service, les effets de cette décision se font déjà ressentir. Mardi dernier dans une station service du grand marché, le chef de piste, Crépin Paiawandi, affirmait déjà ressentir les conséquences de cette hausse au niveau de sa comptabilité. Selon ce responsable, cette station service aurait vendu seulement 2180 litres de super dans la journée du 1er juillet 2014, contre 3500 litres en moyenne les jours précédents. En ce qui concerne le gasoil, 3800 litres seulement ont été consommés par les usagers durant cette journée contre les 7000 litres habituels.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le retour en force du « Zoua-Zoua »

En effet, la conséquence immédiate du réajustement des prix de certains produits pétroliers dans la capitale régionale du Nord, c’est une diminution de la fréquentation des stations service. Pourquoi ? La réponse se trouve notamment aux abords des rues, où se trouve abondamment disposé le « Zoua-zoua », le carburant frelaté. Ce produit a toujours eu le vent en poupe dans la région. Et les nouveaux tarifs à la pompe semblent amplifier son attrait. Jusqu’à mardi dernier en début d’après-midi, le prix du litre de ce carburant de contrebande se négociait entre 350 et 400 F. Une aubaine pour les automobilistes et autres usagers, qui y voient l’alternative la plus économique. D’ailleurs, l’on observe ces deux derniers jours à Garoua, de grandes personnalités se garer aux abords des routes pour faire le plein de leur réservoir. Même si les uns et les autres reconnaissent la mauvaise qualité de ce carburant frelaté, l’on avance notamment le fameux « on va faire comment ? » pour justifier cette attitude. Toute chose qui laisse penser que l’augmentation des prix du carburant dans la partie septentrionale du pays n’aura pas grand effet sur les activités courantes, compte tenu de l’importante offre du « Zou-zoua ».

DIKWE FODAMBELE

Populaires cette semaine

To Top