Features

L’assemblée générale de juin de la Fécafoot invalidée

Fécafoot-la-quote-part-des-clubs-Tombi-A-ROKO-Fifa-Qatar

L’Assemblée générale est déclarée irrégulièrement convoquée et la délibération ayant adopté les statuts à une proportion inférieure aux deux tiers. Nouveau rebondissement dans le processus électoral à la Fédération camerounaise de football (Fécafoot).

Dans l’affaire opposant des membres de l’Assemblée générale (AG) et Abdouraman Hamadou à la Fécafoot, la Chambre de conciliation et d’arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun a rendu son verdict jeudi dernier, en prononçant la nullité des travaux de l’Ag du 02 juin 2015. La CCA fonde sa décision sur deux arguments. D’une part, la Chambre constate que la lettre de convocation signée du président du Comité de normalisation en date du 19 mai 2015 justifie la preuve de la modification de l’ordre du jour de l’Ag du 02 juin, précédemment convoquée le 31 avril 2015. Elle ajoute que cette lettre viole l’article 30 alinéa 6 des statuts de 2012 de la Fecafoot en vigueur, lesquelles prescrivent qu’aucune modification ne peut être apportée à l’ordre du jour d’une Assemblée générale extraordinaire.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

D’autre part, elle constate que l’Ag du 2 juin 2015 a délibéré et adopté les statuts par 63 voix contre 34 sur 97 votants, soit moins des deux tiers. Aussi, la Chambre dit-elle que le quota requis par les statuts n’est pas acquis et qu’il y a violation de l’article 31 des statuts de 2012 de la Fecafoot en vigueur. Déjà lors des travaux, les délégués n’arrivaient pas à s’accorder sur le sujet. « Le texte a été adopté en force. Les deux tiers requis n’étaient pas atteints. En cas de modification des textes, les votes des deux tiers de l’Assemblée sont requis », déclarait André Djoko, délégué de l’Ouest. Un avis opposé à celui de Pierre Batamack, délégué du Littoral. « Il ne s’agissait pas d’une Ag destinée à la modification des textes. C’est de l’adoption des textes dont il était question. Dans le premier cas, il faut les deux tiers de l’Ag. Dans le deuxième cas, il faut 50% plus une voix. La Fifa a parlé d’adoption des textes », confiait ce dernier. Dans les faits, des consensus auraient été trouvés ce jour-là, au sujet d’articles à problèmes, notamment l’article 78 des statuts portant sur les litiges d’ordre sportif, l’arbitrage et la médiation. Ce qui fait dire à certains membres de l’assemblée qu’il y a eu modification des textes. La Fecafoot a 21 jours  pour saisir le Tribunal arbitral du sport. Cette décision intervient alors que la semaine dernière était consacrée aux assemblées adoptives des statuts dans les ligues régionales de football. Lesdits textes ont été adoptés dans huit des dix régions, à l’exception de l’Ouest et du Littoral.

Steve LIBAM

Populaires cette semaine

To Top