Features

A l’assaut de Boko Haram

Forces-de-défense-généraux-rene-claude-meka-boko-haram

Le chef d’état-major des armées, le  général de corps d’armée, René Claude Meka, vient de séjourner dans la région de l’Extrême-Nord.« Les forces tchadiennes sont déjà présentes au Cameroun. J’invite le général de corps d’armée, chef d’état-major des armées à tout mettre en œuvre afin que cette mutualisation de nos deux armées soit harmonieuse et qu’elle atteigne tous les objectifs que lui ont assignés les deux chefs d’Etat. » Dixit Edgard Alain Mebe Ngo’o.

Le ministre délégué à la présidence chargé de la Défense (Mindef) s’exprimait ainsi vendredi dernier lors de la cérémonie de présentation des vœux de nouvel an dans ce département ministériel. Sans doute pour lever toute équivoque, Edgard Alain Mebe Ngo’o a rappelé quelque temps plus tard que ces forces seront placées sous commandement camerounais. Cette cérémonie intervenait quelques heures seulement après le retour à Yaoundé du général de corps d’armée, chef d’état-major des armées. René Claude Meka revenait, en effet, de la partie septentrionale pour une inspection des troupes présentes au front de la lutte contre Boko Haram.

Le Cema a pu ainsi inspecter à la fois les forces de défense camerounaises et les troupes tchadiennes qui vont former une force contre la secte islamiste Boko Haram. L’Opération Emergence 4 reste valide en attendant d’autres dispositions et demeure sous le commandement du Cema et la nouvelle donne va certainement nécessiter des aménagements. Mais tel que précisé par le Mindef, le commandement de l’opération coalisé reviendrait naturellement au Cameroun. Le temps actuel est mis à contribution pour planifier cette mutualisation dans tous ses aspects qui devront respecter à la lettre la mission politique assignée par le chef des Armées. A ce jour, et d’après le chef de division de la Communication contrairement à ce qui a pu être entendu, aucune désignation pour le commandement de la Force n’a été effectuée.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A la suite de la visite du général de corps d’armée René Claude Meka sur le terrain, la planification des opérations a été engagée par des officiers camerounais et tchadiens. Les niveaux de commandement militaire semblent être bien stratifiés. Le niveau stratégique est le plus élevé et les niveaux qui suivent sont ceux du terrain appelés « niveaux opératifs », et « niveaux tactiques », toutes choses qui permettent une fluidité et une discipline du commandement. La mission est à tous les niveaux sacrée.

Au ministère de la défense, on parle d’une force de coalition qui, comme l’a indiqué le Mindef, est la résultante de « l’offensive diplomatique visant à mobiliser la communauté internationale pour soutenir le Cameroun dans le combat qu’il mène contre Boko Haram » engagée par le président Paul Biya. Pendant que cette planification est en cours, nos forces qui ont l’initiative continuent de poursuivre leur mission de sanctuarisation de notre territoire et les dernières confrontations à notre avantage prouvent bien qu’elles ont la maîtrise du terrain. « L’interarmisation », produit de la réforme semble être une des clés du succès qui s’est consolidé au fil des confrontations contre la secte intégriste Boko Haram.

Jean Francis BELIBI

Populaires cette semaine

To Top