Les français ont une fois de plus dit non à un retour de Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Apres avoir perdu l’élection présidentielle en 2012 devant François Hollande, l’ancien président Nicolas Sarkozy espérait prendre sa revanche lors de la prochaine présidentielle.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Mais, avant d’y parvenir, il devait d’abord prendre le dessus sur ses camarades du parti des Républicains qui ambitionnent eux aussi de diriger la France.  Ainsi, le premier des deux tours de la Primaire de la droite a eu lieu hier dimanche 21 novembre 2016. A l’issue du scrutin, les favoris ont confirmé leur statut, sauf Nicolas Sarkozy. L’ex Chef de l’Etat a été battu par ses principaux challengers, à savoir Alain Juppé et François Fillon. Ce dernier, ancien Premier ministre de Sarkozy, crée la sensation en occupant la tête du classement à l’issue du premier tour avec un grand écart sur ses poursuivants, alors que c’est Alain Juppé qui était donné grandissime favori. Fillon a recueilli 44, 1 pour cent des voix contre 28, 6 pour cent pour Juppé et 20, 6 pour cent pour Sarkozy. Après la publication des résultats, Nicolas Sarkozy a immédiatement reconnu sa défaite et appelé à voter pour son ancien Premier ministre. «François Fillon me parait avoir le mieux compris les défis qui se présentent à la France» a indiqué l’ex Chef de l’Etat avant d’annoncer son retrait de la vie  politique. «Je ne suis pas parvenu à convaincre une majorité des militants. Il est temps pour moi d’aborder une vie avec plus de passions privées et moins de passions publiques». Le prédécesseur de François Hollande a perdu le scrutin d’hier non seulement au niveau national, mais aussi dans ses fiefs électoraux. Une véritable humiliation ! «La défaite ne doit humilier personne car, on aura besoin de tout le monde» a réagi François Fillon avant de souhaiter beaucoup de courage à Nicolas Sarkozy. Le second tour, décisif de ce primaire de la droite aura lieu le dimanche 27 novembre prochain. L’heureux élu représentera la droite l’année prochaine pour la présidentielle en vue de succéder à François Hollande à l’Elysée. Adeline ATANGANA