Features

L’Ambassade de France vend ses biens

France-Français

En l’espace d’un an, la France a cédé des terrains, immeubles et biens mobiliers. La dernière cession en date est contenue dans les colonnes de Cameroon tribune, édition du 1er septembre 2015. L’ambassade de France à Yaoundé y publie un avis de vente immobilière : « L’Ambassade de France, services des domaines, va procéder à la vente, par appel d’offres sur soumissions cachetées, d’un immeuble urbain bâti, situé au centre résidentiel de Yaoundé, lieu dit Warda’’, arrondissement de Yaoundé 1er, région du Centre ».

L’avis de vente immobilière précise que « Le bâtiment est une villa construite sur deux niveaux, de type duplex, avec une emprise au sol de 128 m2, pour une surface totale bâtie de 269 m2 hors œuvre ». La représentation diplomatique de l’Hexagone à Yaoundé souligne que les offres sont attendues jusqu’au « 23 septembre 2015 à 12h »

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Cette cession aurait pu passer inaperçue si elle était la première. Le problème, c’est qu’il s’agit de la ??nième vente réalisée par l’ambassade de France au Cameroun depuis 2014. Le Quotidien de l’Economiequi traite de ce sujet, rappelle fort opportunément quelques liquidations précédentes. On apprend ainsi en parcourant le journal, qu’en février 2014, la France rétrocédait déjà au Cameroun le « terrain et des immeubles de l’alliance française de Buea » dans le Sud-ouest. Moins d’une semaine plus tard, l’ancienne puissance coloniale annonçait la mise en vente « des mobiliers de bureaux, électroménagers, meubles et autres ».

En mai de la même année, « la France avait déjà rétrocédé au Cameroun le terrain et les immeubles construits dans l’enceinte de l’ex-consultat  de France à Garoua », écrit Le Quotidien de l’Economie.  Et le journal d’analyser que la France se comporte comme si elle allait quitter le Cameroun.

Jean-Marie Nkoussa

Populaires cette semaine

To Top