Features

Laisser le camarade Abanda Kpama reposer en paix

Quelques jours après l’enterrement d’Abanda Kpama la maison familiale est déjà au cœur d’une dispute.
Mme Abanda Kpama est désormais sans abri. La maison que lui a laissée son défunt époux est actuellement occupée de force par sa belle-famille. «Je suis actuellement à Douala, je viens d’être informée que les serrures de notre maison familiale ont été vandalisées et la maison prise en otage», confirme-t-elle. Avant de poursuivre: «Cet acte a été posé par la sœur de mon défunt mari et son groupe».Elle ajoute: «Le forfait aurait été commis avec le soutien d’un haut responsable de l’Eglise catholique». Pour essayer d’en savoir plus, nous avons essayé de se rapprocher de l’autre partie en vain, après plusieurs tentatives, la réponse est restée la même: «Rappelez plus tard Madame est occupée».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

De sources concordantes, c’est à l’issue du partage des biens du défunt que naît la discorde. «Dans son testament, Abanda Kpama, qui était le chef de famille, a décidé de remettre une partie des terrains à ses frères et sœurs. Non content du partage, Françoise, sa sœur, et d’autres, auraient décidé de récupérer la maison qui appartenait au défunt président du Manidem», nous confirme une source familiale.

Abanda Kpama, décédé le 30 janvier dernier à Paris, était le président du Mouvement africain pour la nouvelle indépendance et la démocratie (Manidem). Au cours de ses obsèques organisées le 15 février dernier, la séance des témoignages avait été interrompue par le délégué à la communauté urbaine de Yaoundé, Gilbert Tsimi Evouna.


Alain Georges Lietbouo (stagiaire)

Populaires cette semaine

To Top