Features

L’activiste nationaliste André Blaise Essama de nouveau emprisonné

andre_blaise_essama_activiste
 André Blaise Essama est retourné en prison. L’activiste nationalisme a rejoint  la prison centrale de New-Bell, à Douala, depuis déjà quelques jours. Comme les autres fois, l’on lui reproche d’avoir démoli la statue du général français Leclerc. Selon nos informations il subit les conséquences de la contrainte par corps. Le Tribunal de première instance de Douala-Bonanjo qui condamne l’activiste  exigeait de lui qu’il paye les frais inhérents à la Réhabilitation du monument Leclerc. Ce qu’Essama a refusé de faire proposant plutôt de fabriquer des monuments représentant les héros camerounais. Il n’est pas seul dans son combat.

Il a reçu le soutien de l’homme politique et défenseur des droits l’homme Jean De Dieu Momo. Celui-ci a décidé de le défendre devant le tribunal. Les autres soutiens d’André Blaise Essama se trouvent à l’étranger. Brice Nitcheu, le président du Collectif des organisations démocratiques de la diaspora (Code), le journaliste Abdelaziz Moundé Jimbam ou encore la dirigeante Mariane Simon-Ekane du Manidem qui séjourne en ce moment à Paris se mobilisent pour sa libération.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Moundé Njimbam mobilise à travers le « Comité de soutien à Essama Andre Blaise » depuis lundi, 4 avril 2016, mobilise le grand public à Paris et en France. Une campagne d’affichage, une manifestation devant le monument Leclerc à Paris et une conférence publique sont aussi prévus. Il dénonce « l’ignominie qui conduit les africains et notamment au Cameroun, à poursuivre des citoyens et jeter des Camerounais en prison pour le seul fait qu’ils réclament des monuments pour leurs héros, dans leur pays, comme Le General Leclerc, Marechal de France, l’est à juste titre dans le sien ».

De son côté, Brice Nitcheu salue « un acte de bravoure et d’audace » d’André Blaise Essama et appelle dans une lettre le président de l’Assemblée nationale française Claude Bartolone, à « utiliser l’influence que la France a sur le gouvernement Camerounais pour demander la libération immédiate de notre camarade, et l’abandon des charges retenues contre lui ». Faute de quoi  le Code, arguant de ce qu’ André Blaise Essama, en démantelant fort opportunément la statue du General Leclerc, a fait ce que les Français auraient fait si leur gouvernement érigeait une statue d’Hitler en France menace d’aller au siège de l’Assemblée nationale « déposer une statue d’Adolf Hitler ».

Robert Ndonkou  

 

Populaires cette semaine

To Top