Features

La saleté tue au Cameroun plus qu’EBOLA!

Cameroun-saleté.jpg

N’envoyons plus nos enfants à polytech et ne votons plus les maires! Tout ça ne produit RIEN pour la nation! Voici pourquoi :Il y a Ebola au Cameroun depuis des années et ça tue à petit, moyen, grand feu parce que l’élection des maires dans les communes se fait sous l’emprise de la drogue tri-baliste, pardon, je veux dire sous l’emprise du tribalisme. Lorsque les populations votent, c’est toujours pour l’un de leur ethnique dans l’espoir que celui-ci ou celle-ci viendra nettoyer les quartiers à forte dosage et coloration ethnique. Chaque mère urbaine, pardon maire, sait dans son cœur profond pourquoi il veut l’être : Viser la fonction de maire afin de consacrer tout le budget pour un semblant de nettoyage, mais en réalité c’est pour pomper la poche tout en acceptant de vivre dans l’insalubrité générale et totale.

Lorsque l’oiseau Ebola qui arrive à petits galops plane sur l’Afrique en miniature provoquant l’effet d’une grande peur vert-rouge-jaune ! Est-ce l’interdiction bidonne x, y, z sur le sol camerounais qui va changer quelque-chose?
NON !!!
Qu’il y ait EBOLA ou pas, les camerounais meurent plus que le désastre causé par la fièvre EBOLA.
Regardons-nous dans le miroir, le Cameroun est très sale. La saleté – là tue plus qu’EBOLA.
Une vielle dame me disait l’an passé ceci : »Tu viens un jour acheter les tomates au marché, après deux semaines, tu repasses acheter les tomates chez la vendeuse, on t’apprend qu’elle est déjà morte. Parce que elle boit l’eau sale, elle vend, dort, respire où l’eau sale circule. »
C’est chaque jour qu’une femme tombe, c’est chaque jour qu’un enfant se retrouve dans la rue camerounaise, dans un pays où il y a six ministères avec à leur tête la femme.
Y a-t-il dans ces ministères un programme pour la promotion de la culture de l’hygiène et salubrité ?
1) MINEDUB – Ministère de l’Éducation de base
Que dit-on à nos munas dans les écoles maternelles et primaire au sujet de l’hygiène et salubrité?
2) MINCULT – Ministère des Arts et de la Culture
Que dit-on aux artistiques musicien/ne/s pour la promotion de l’hygiène et la salubrité ?
3) MINPROFF – Ministère de la Promotion de la Femme et de la Famille
Que dit-on aux femmes pour leur famille en ce qui concerne l’hygiène ?
4) MINAS – Ministère des Affaires Sociales
Que dit-on aux jeunes filles, aux mamans dans les marchés, les rues, et autres lieux publics ?
5) Ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncière
Que dit-on aux mères, pardon aux maires en zone rurale et urbaine ?
Ministère de la Recherche scientifique et de l’innovation
Que dit-on aux hommes et femmes de la science au sujet de l’innovation scientifique pour la propriété dans nos zones urbaines et rurales ?

De toutes les façons, dans les bars et restaurants mobiles / immobiles, les ministères, les universités, les écoles, les marchés, bref les bâtisses camerounais, il n’y pas de WC, si il y a WC, il n’y a pas d’eau et papier hygiénique. Ça chie partout, ça produit EBOLA chaque jour.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dans les marchés, les commerçants chient dans les boutiques
Dans les universités étudiant/e/s et personnel chient dans les alentours
Dans les ministères à Yaoundé, capitale politique et administrative, ça sent le caca, les urines dans les bureaux. Les fonctionnaires chient même dans les bureaux;
Aucun lieu public ou privé n’est sain!

C’est chaque année qu’on fait le concours de polytech, faisant/laissant comprendre aux parents de la basse-cour, que les munas qui ont passé ce concours national sont les meilleurs, les plus intelligents, mais en réalité ce sont les plus nuls car jusqu’ici Polytech n’a jamais produit une simple machine qui puisse nettoyer les rues afin de résoudre la réalité du camerounais très paresseux. Mieux que les habitants de la basse-cour ne comptent plus sur les Ingénieurs sortis de polytech car sont en réalité des perroquets qui ne savent que réciter les formules mathématiques et physiques sans art de compréhension pour une application basique.

Ta’a Eric Chinje l’a dit : « Les gens réfléchissent peu chez nous et nous ne travaillons pas. »
C’est vrai, nous ne travaillons pas. Nous aimons les concours d’entrée à Polytech, au CUSS, à l’ENAM, etc…. qui en réalité produit « sur le plan physique », un pays qui « n’est pas attrayant. » Notre pays est sale de fond en comble. Douala & Yaoundé sentent très mauvais!!!

Laissons les occidentaux tranquille, chez-eux, l’ingénieur est utile et conscient car peut produire des machines qui lavent les rues, et autres. Nos ingénieurs de Polytech sont des bon à rien. Ils sont seulement excellents au concours d’entrée mais nuls au concours de sortie car incapables de produire, de fabriquer…
On connaît chaque année le nombre entré mais on ne connaît pas ce qu’ils ont pu produire de concret. Ailleurs, le concours est plus axé sur ce qui a été fabriqué soi-même ; Polytech, c’est plus le concours de la récitation des formules mathématiques et physiques.

L’Afrique en miniature ou la République promotrice du mauvais parfum produit par le caca!!!
Tout le monde est habillé en costume mais vit dans le caca….avec téléphone dernier cri….Euuuuch!!!
Ça chie partout dans les villes appelées pompeusement capitales !
Quand les mairies ne volent pas, ça encourage de chier le caca partout….!
C’est maintenant qu’on voit EBOLA. C’est là depuis, avec ses ravages silencieux et non-silencieux!!!!

Camerounais et camerounaises, jeunes et vieux, les maires que vous élisez ne vous aiment pas. Qu’ils soient de votre ethnie ou pas, ils ne vous aiment pas du tout. Ce qui les intéresse, c’est le vol car le vol comme le tribalisme est dans les gènes sociétales.

© Camer.be : Lydie Seuleu

Populaires cette semaine

To Top