Features

La programmation 2015 des Marchés publics déjà amorcée

Abba-Sadou-ministre-Marchés-publics

Les conférences y relatives ouvertes mardi à Yaoundé par le ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics (Minmap).

Habituellement, c’est en janvier que se fait la programmation des marchés publics à exécuter au cours de l’année. « Pour gagner le maximum de temps, on a voulu faire une anticipation réfléchie de la programmation », a indiqué Abba Sadou, ministre délégué à la présidence de la République chargé des Marchés publics (Minmap).

Mardir à Yaoundé, entouré du ministre des Finances (Minfi) et du ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (Minepat), il a procédé au lancement des conférences de programmation des marchés publics pour le compte de l’exercice 2015.De l’avis du Minmap, « les conférences de programmation constituent l’une des réponses parmi les plus efficaces trouvées par le gouvernement pour résoudre les problèmes récurrents qui plombent la performance de notre système des marchés publics ». Il cite entre autres, les retards dans le lancement des appels d’offres, le non-respect des procédures de passation et l’inobservation des délais réglementaires prévus pour chaque étape de la procédure de passation des marchés.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En anticipant sur les procédures, « nous avons voulu qu’en amont, dès ce mois de décembre, la programmation, c’est-à-dire, le recensement de tous les marchés à exécuter au cours de l’année soit connue, les dates de lancement d’appels d’offres, les dates d’attribution des marchés, les dates de signatures de ces marchés et même que les dates de réception soient connues », explique le ministre Abba Sadou. Souhaitant alors que le lancement des appels d’offres suive dès janvier. Et « sachant que le cycle d’un marché, de l’appel d’offres à sa signature est de deux mois, trois tout au plus, si les marchés sont lancés en janvier, en avril au plus tard tous les 8 à 9 000 marchés devraient être signés. Voilà le pari. Et si les marchés sont effectivement signés au quatrième mois de l’année, nous aurions pour la première fois, huit longs mois consacrés exclusivement à l’exécution de ces marchés. C’est dire qu’on devrait gagner énormément en termes de consommation de crédits tant décriés par la plus haute autorité de l’Etat ».

Le Minmap a saisi l’occasion pour interpeller tous les acteurs du système des marchés publics à saisir cette innovation, étant entendu que c’est une activité à la chaîne. « L’an dernier, la programmation s’est faite en janvier mais certains ont attendu avril pour le lancement des appels d’offres. Mécaniquement, ces quatre mois perdus se répercutent en aval et donc, sur l’exécution du Budget d’investissement public (BIP). Il importe que les maîtres d’ouvrage lancent les dossiers d’appels d’offres dès le mois de janvier et que les autres respectent également les délais jusqu’à l’exécution ».

© Félicité BAHANE N | Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top