Features

La honte du CES de Datcheka sera-t-elle lavée ?

CES_Extreme_Nord_Cameroun

Le gouvernement camerounais, sur instruction du Chef de l’Etat, vient de décider d’un PROJET D’URGENCE de cinq milliards 335 millions 32 milles francs CFA pour la construction des salles de classes, de latrines, de forages, de dortoirs… dans l’Extrême-Nord.

D’après un communiqué du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT) y afférent, ce projet d’urgence vise à renforcer les capacités d’accueil des écoles en charge des élèves déplacés, suite à la fermeture d’établissements scolaires du fait des attaques répétées de la secte Boko Haram dans cette partie du pays… Il n’est pas à confondre ni avec le programme d’aménagement du territoire pour la région de l’Adamaoua, de l’extrême nord et du nord, ni avec le programme d’urgence triennal pour l’accélération de la croissance. (Cf. Cameroon Tribune N° 10793/6992 du jeudi 05 mars 2015).

D’après le Gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, c’est au total 106 localités choisies dans toute la région qui bénéficiera dudit projet. «Nous avons déjà fait appel aux opérateurs économiques basés à Maroua. Il est question pour eux de boucler les travaux dans un délai de 40 jours» précise-t-il dans une interview accordée au quotidien gouvernemental cité plus haut.

«Le CRAC se chargera du control et du suivi de ce projet d’urgence.» a assuré Bernard Njonga, Président du Mouvement politique Croire au Cameroun, à l’annonce de cette nouvelle.

La honte du CES de Datceka sera-t- elle lavée?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour la petite histoire, ce collège d’enseignement secondaire (Voir photos ci-dessous) filmé par l’équipe du CRAC lors de sa tournée à l’Extrême-Nord du 14 au 20 janvier 2015, a été crée par arrêté ministériel N°305/11/MINESEC/4 du 23 août 2011, et ouvert le 25 août suivant, soit deux jours après, avec zéro salle de classe et zéro banc. En 2013, soit deux ans plus tard, il bénéficie d’une dotation de 60 tables bancs pour plus de 200 élèves inscrits, et zéro bâtiment. C’est en cette année 2015 qu’il bénéficiera de deux salles de classes toujours pas construites alors que nous sommes déjà au deuxième trimestre d’une année scolaire qui en compte trois.

A ce jour, le CES de Datceka compte 379 élèves avec 70 candidats au BEPC. Ils sont repartis entre deux classes de sixième, deux de cinquième, deux de quatrième et deux de troisième.

La honte du CES de Datceka sera-t- elle lavée ? De même que celle de l’école maternelle de Douaya à Doukoula créée en 2011, où une trentaine d’enfants de moins de 5 ans sont encadrés en plein air sous soleil, vent et froid ?   Qui aurait cru? L’autorité locale payerait tout au monde pour empêcher que cet état d’éducation de la jeunesse camerounaise soit connu. La vidéo de l’interview de la directrice de cette école accordée à l’équipe de communication du CRAC la matinée du 15 janvier2015 aété supprimée par le Sous-Préfet de Doukoula. Informé par un « souffleur » que l’école avait été filmée par des journalistes, ce dernier a vite fait de localiser ces journalistes. Accompagné des forces de l’ordre il a surgit à leur lieu d’hébergement, instruit, sous menace, la destruction des images et interview prises à ladite maternelle.

Camer.be

Populaires cette semaine

To Top