Economie

La hausse des prix des carburants effective à Douala

automobilistes-prix-carburants-pompe-Cameroun

Les nouveaux prix des carburants commencent à être adoptés par les usagers de la capitale économique.

L’augmentation du prix  du litre de super, du gasoil et de la bouteille de gaz domestique de 12,5 kg est entrée en vigueur depuis mardi. « Après avoir entendu l’annonce à la radio, je suis sorti tôt ce matin (hier, Ndlr) et j’ai porté des tennis. Je m’attendais à marcher ou à donner plus d’argent pour le taxi », confie Jean Ndjock, commissionnaire agréé en Douanes. Mais, il n’en fut rien. « J’ai toujours payé 300 F comme depuis plusieurs mois de Ndokoti pour Bonanjo. De toute façon, sur cette ligne, les taximen ont augmenté les prix depuis longtemps  », confie-t-il. A la pompe, la hausse des prix est effective, bien que dans certaines stations- service, il a fallu attendre quelque temps avant que les services techniques ne changent les prix. « Certains chauffeurs n’étaient pas informés et en général, nous les informions avant de servir », explique un pompiste. Du côté des automobilistes, la mesure est largement commentée. Beaucoup grommellent, d’autres sont plus compréhensifs.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Car, cette augmentation répond à la nécessité de prendre en compte l’augmentation «continue» des prix du pétrole sur le marché international et sa prise en charge par les autorités camerounaises. Le poids de la subvention des carburants devenait difficilement supportable pour les finances publiques camerounaises. Edouard Yetchang, secrétaire général du Regroupement des syndicats de transport urbain et interurbain,  demande des mesures d’accompagnement pour cette hausse. « A la réflexion, je pense qu’il faudrait tout simplement supprimer complètement les subventions accordées au carburant à la pompe. Car malgré cette hausse des prix, ce sont toujours les riches qui profitent de la subvention. …En faisant payer à tout le monde le prix réel du carburant à la pompe, cela permettrait d’économiser environ 615 milliards de F. De cette somme on pourrait alors réserver une partie pour subventionner de manière ciblée le transport. Jusqu’à présent, plus de la moitié de la subvention est consommée par les non- destinataires et ce n’est pas normal », déclare-t-il. En réduisant cette subvention, le Cameroun pourrait dégager des ressources nécessaires au financement de nombreux projets de développement.

Steve LIBAM

Populaires cette semaine

To Top