Features

La fièvre monte à Ebolowa en vue de la Coupe du Monde

Ebolowa-supporters-Les-drapeaux-des-différents

Les  habitants d’Ebolowa s’organisent à suivre les Lions pas à pas, souhaitant que l’équipe reste  « indomptable ».

La capitale régionale du Sud vit également au rythme de la coupe du monde de football, Brésil 2014. Dans les rues de la cité, le commerce des drapeaux et autres fanions aux couleurs du Cameroun, voire de plusieurs autres nations qualifiées, attire. Dans ce match de « petits-commerces », né et organisé pour la circonstance, où un maillot des Lions indomptables revient à moins de 5.000 F,  de grandes surfaces ont trouvé des arguments pour s’adapter. Ici, un survêtement complet de l’équipe de football du Cameroun est proposé à  15.000 F ; plus loin, ce sont les téléviseurs qui sont la marchandise la plus demandée. Normal, dira-t-on. Et au fur et à mesure qu’approche l’événement planétaire, montent les enchères.

Sur la véranda d’un grand magasin, Medja Mekoulou et ses copains du 2-0 discutent bruyamment. Le sujet tient de la dernière actualité : le feuilleton à rebondissements au sujet des primes, le voyage jugé de tardif de Samuel Eto’o et ses co-équipiers ; ces Mexicains qui affrontent les Lions ce vendredi…Tout y passent. Et, à chaque fois, le sujet n’est pas épuisé, aucune conclusion de l’échange n’est tirée. L’important, c’est de voir combien, dans la fièvre et l’anxiété, la prestation des Lions tient à cœur tout habitant d’Ebolowa et de la région du Sud.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« La plus grande crainte, pour nous, c’est la fourniture permanente du courant électrique », affirme Medja. Pour lui, la confiance est réelle, au regard du match que les Lions ont livré face à la Mannschaft allemande. L’offre de l’énergie électrique alimente la hantise. Le mauvais souvenir du 7 juin dernier n’est pas oublié. Malgré les garanties de la société de distribution d’électricité, le dernier match d’au-revoir des Lions indomptables face à la Moldavie, à Yaoundé, n’a été regardé, par les populations d’Ebolowa, qu’en deuxième mi-temps. « La société de distribution du courant ne doit pas nous faire ça », clame l’interlocuteur.

Rien n’est perdu à l’avance, pensent certains autres supporters. Les matchs vont se vivre intensément. Des dispositions sont prises dans ces familles qui ont déjà renouvelé leur abonnement auprès des câblodistributeurs ou même procéder à l’achat d’une parabole. La Communauté urbaine d’Ebolowa a également pris des dispositions en annonçant un écran géant au Square Paul Biya. Le but : permettre à la majorité des populations de vivre la compétition en communauté. Au niveau des débits de boisson, les écrans téléviseurs se multiplient. Tous les angles en sont équipés.  Les vendeurs de groupes électrogènes se frottent aussi les mains. «  Les affaires marchent plutôt bien ces derniers temps. J’en ai vendu une dizaine ces trois derniers jours », déclare pompeusement Oku, réparateur et vendeur de groupes électrogènes. La fièvre ne cesse de monter au fur et à mesure que la date du démarrage de la plus grandes des fêtes du football se rapproche.

Aimé-Francis AMOUGOU

Populaires cette semaine

To Top