Actu'Vidéo

La CRTV de retour sur les ondes à Douala

crtv-nord-Bernard Alphonse Libot

Il est de nouveau possible de capter le poste national, la FM 105 et la station régionale du Littoral pour les populations de Douala. Depuis le 3 octobre dernier, une semaine après la chute du pylône du centre de diffusion de la Crtv à Logbessou, desservant le Littoral et le Sud-Ouest, ces chaines de radio ont recommencé à émettre sur leur canal dédié.

chute-pylone-crtv-doualaEt dès le lendemain 4 octobre sur le nouveau site – temporaire – de diffusion à Douala, Amadou Vamoulké, directeur général de la Cameroon Radio Television, était sur le terrain afin de « voir la mise en œuvre des mesures d’urgence que le gouvernement a prescrites à la Crtv ». Sa conclusion : « J’ai eu le plaisir de constater que toute la force technique, tout le savoir-faire de la Crtv s’est déployé pour que ce qu’on souhaitait pour la radio – pour la télé c’est plus compliqué – se réalise ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Le Dg a ainsi visité le service régional des Télécommunications du Littoral à Akwa où les équipes techniques étaient à l’œuvre depuis le début de la semaine dernière afin de rétablir le signal. Sur place, Boniface Takou, directeur de la Diffusion, des transmissions, des infrastructures et des autres équipements de la Crtv (Ddtiet), lui a donné quelques explications sur le processus de réparation et sur les petits réglages restants. Parce qu’il ne faut pas oublier que la transmission des ondes TV n’est pas encore rétablie. A cet effet, le Dg rassure : « La Crtv, fidèle à son slogan « au cœur de la nation », veut y rester en faisant tout pour restituer à ses téléspectateurs, et dans des délais raisonnables, les images et les sons qu’ils attendent ».

Evoquant les perspectives de la Crtv et au sujet de l’impact que l’effondrement du pylône de Logbessou pourrait avoir sur le début d’émission de la chaine de télévision régionale du Littoral, Amadou Vamoulké apporte quelques éclaircissements : « Nous n’avons pas encore eu les financements nécessaires au niveau du Fonds spécial de télécommunications. Mais dans tous les cas, qu’on les ait ou pas, on va veiller à ce qu’au cours du premier trimestre 2015, le nécessaire soit fait et on pourra assister à la mise en œuvre de cette télévision. C’est un impératif parce que 2015, c’est l’année du passage au numérique et nous voudrions être prêts ».

Pour conclure, Amadou Vamoulké a tenu à exprimer sa gratitude à la direction générale de Camtel, «qui a mis à disposition son pylône et une partie de ses locaux».

Rita DIBA | Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top