Features

La CRTV accusée de vol d’images et d’abus de confiance

crtv-nord-Bernard Alphonse Libot

Diaspora Afrique Tv (Diaf-Tv) soutient que la télévision publique camerounaise n’a pas respecté sa part du contrat de collaboration conclu lors de la dernière édition du Davoc tenu à Paris du 20 au 21 novembre 2014.

Pour n’avoir pas cité dans un reportage un partenaire qui déclare lui avoir fourni gratuitement images et assistance technique, la Cameroun Radio Télévision (CRTV) se fait indexer. La télé publique camerounaise est accusée par Diaspora Afrique Tv (Diaf-Tv) de «malhonnêteté intellectuelle, une violation grave du contrat (insérer notre logo ou nous citer car, nous avons tous les mails y référant), un vol caractéristique de nos productions et un manque criard de probité morale de leur part, soit la Crtv, soit son journaliste». Selon le récit des responsables de Diaf Tv, leur organe a voulu aider gracieusement un confrère en difficulté. «Lors du dernier Davoc (Draw a vision of Cameroon), qui s’est déroulé à Paris du 20 au 21 novembre dernier, Diaf-Tv était partenaire de l’événement. Nous avons alors, à la demande de l’organisateur, le réseau Casa-Net, aidé gracieusement la Crtv qui se trouvait associée à l’événement sans cadreur ni caméra mais juste un journaliste en la personne de M. Séverin Alega Mbele», rapporte le journaliste Allain Jules, un des collaborateurs de Diaf- Tv.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Il indique qu’il a fait mettre à la disposition de Séverin Alega Mbele les images filmées  par Diaf et kamayiti.com. Sa seule exigence au confrère de la Crtv, déclare-t-il, sera  de citer Diaf-Tv pour les reportages. Ce qui ne va pas être fait selon lui. «Hélas, nous sommes donc surpris que la Crtv diffuse les 25 et 26, puis le 27 novembre, nos images et celles de kamayiti.com, sans même nous mentionner. Quel est l’intérêt du journaliste ou de la Crtv de ne pas nous mentionner ? Mystère et boule de gomme. Pourquoi ne pas citer ses sources ? », demande Allain Jules qui se pose d’autres questions : «il serait intéressant de savoir ce qu’il a dit à son employeur. A-t-il vendu ces images qui ne lui appartiennent pas ?»

L’on apprend qu’une sommation a été adressée à Séverin Alega Mbele par le promoteur de Diaf-Tv, Ngassa Happi Lewé.  C’était le vendredi 28 novembre 2014. En voici quelques extraits, assortis de menaces: «la Crtv ne nous ayant pas payé pour la couverture du Davoc, les images ne lui appartiennent pas. Il vous est interdit de faire usage de nos vidéos sans nous citer. C’était le contrat. Nous vous prions de corriger sous 24 heures, cette violation de ce contrat et partant de la propriété d’autrui. Sinon, nous nous verrons obligés de procéder autrement».

© Robert NDONKOU | Cameroon-Info.Net

Populaires cette semaine

To Top