Economie

La chasse aux pensionnés fictifs est ouverte

emprunts-Trésor-public-pensionnés-ministre-Alamine-Ousmane-Mey-minfi-investisseurs-administrations-camer24-

Le ministère des Finances va procéder à l’identification des pensionnés et ayants-droit des agents publics décédés sur l’ensemble du territoire national.

Demain 25 février, le ministère des Finances (Minfi) va procéder au lancement de l’opération d’identification des pensionnés et ayants-droit des agents publics décédés. L’opération qui va se dérouler sur l’ensemble du territoire national, sur une période de trois mois, s’inscrit dans le cadre de l’assainissement du fichier solde. Selon le chef de la cellule d’assainissement du fichier solde au Minfi, Mohamadou Ousman, la mesure vise à améliorer la qualité de la dépense publique, notamment celle relative au paiement de la solde et des pensions ainsi qu’à maîtriser les effectifs des pensionnés. Surtout que, comme le fait remarquer Mohamadou Ousman, « le fichier-solde des pensionnés regorge de pensionnés fictifs ». En effet, en ce qui concerne les pensions temporaires d’orphelins, il a été observé que certains ayants-droit continuent de percevoir des pensions alors qu’ils ont atteint et même dépassé la majorité. Autre phénomène observé par le personnel du Minfi : « Il y a des agents publics décédés dont les pensions continuent de passer au niveau des postes comptables et des banques ».

Ainsi, des équipes du Minfi et du ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative (Minfopra) vont se déployer, pendant la période de recensement, au niveau des postes comptables et des banques pour identifier les concernés. « Après l’identification, nous allons exploiter les données reçues et les analyses », explique le chef de la cellule d’assainissement du fichier-solde. Parmi les observations faites lors des précédents recensements, la détection de près de 13 000 agents fictifs. « Ils ont été suspendus de solde. Le Minfi a recouvré des gains de l’ordre de cinq milliards de F », précise notre source.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

En 2006, une opération similaire a été effectuée par le ministère, mais n’incluait ni les agents en activité, ni les pensionnaires décédés. « En général, le renouvellement de ces opérations doit s’opérer tous les cinq ans. On devrait revoir le fichier à cette échéance parce qu’il est dynamique, il connaît des entrées et des sorties », affirme Mohamadou Ousman. Ce genre d’opérations s’impose, d’autant plus que, comme l’affirme le chef de cellule, « l’Etat perd des milliards de F par mois ». Ce dernier fera remarquer que pour plus de transparence, « il faut sensibiliser les ayants-droit à la déclaration des décès. Les familles n’ont droit qu’au salaire du mois du décès. Le mois d’après, celui-ci devrait être suspendu ». L’opération qui démarre dès la paie des salaires de ce mois de février concerne les agents publics retraités, les ayant-droits des agents publics décédés, bénéficiaires des pensions de réversion et des pensions temporaires d’orphelins, des personnels bénéficiaires des pensions d’invalidité. Des bénéficiaires des pensions Forec (Fonds de retraite des cheminots), des ayants-droit des bénéficiaires des pensions Forec, des bénéficiaires des « annual allowances » et des bénéficiaires des rentes viagères sont également concernés.

Marilyne NGAMBO TCHOFO

Populaires cette semaine

To Top