Features

L’armée résiste, Boko Haram persiste

Cameroun-L'armée-boko-haram-commandant-soldats-Maga

De nouvelles incursions de la secte Boko Haram enregistrées ce weekend à Fotokol et Achigachia

Les combattants de la secte islamiste Boko Haram ont tenté de nouvelles incursions ce weekend à Fotokol et Achigachia, tirant des coups de feu nourris en direction des positions de l’armée camerounaise qui a vigoureusement riposté à chaque fois.

La bataille de Fotokol continue. Aux premières heures de dimanche 21 septembre 2014, une bande armée de Boko Haram stationnée de l’autre côté de la frontière nigériane (Ngambarou Ngala) a mené un raid en direction des positions des forces camerounaises. «L’armée a aussitôt réagi à ces tirs de Boko Haram. Comme à leur habitude, les soldats camerounais ont repoussé d’autres assaillants qui pensaient pouvoir entrer au Cameroun», a indiqué une source militaire sous le couvert de l’anonymat. Deux (02) jours plus tôt autour de 18h, puis dans la nuit de vendredi à samedi, d’autres attaques simultanées ont eu lieu dans la zone d’Achigachia. Des milices de Boko Haram lourdement armées ont assiégé la localité frontalière en tirant de coups de feu nourris vers les positions camerounaises.

A chaque fois, l’armée a réagit avec succès, tuant des dizaines d’assaillants dont les corps n’ont pas pu être emportés. L’autre colonne de rescapés repoussés par les forces camerounaises a ensuite replié en direction du territoire nigérian, abandonnant armes de guerre et des centaines de munitions. Selon un communiqué de presse lu sur les ondes de la Crtv samedi, l’on apprendra que « le 18 septembre 2014 vers 19h, une colonne lourdement armée de la secte terroriste Boko Haram, ayant l’intention de progresser vers la localité d’Achigachia, a été fermement stoppée et neutralisée par les forces de défense camerounaises aux cours de violents combats. Suite à cet accrochage, plusieurs assaillants ont été tués. Un blessé a été enregistré du côté camerounais. Deux armes et de nombreuses munitions abandonnées par les agresseurs ont également été récupérées au cours de cette opération ». Le communiqué de presse lu sur les antennes de la radio nationale par Alain Bélibi, directeur de l’information Radio à la Crtv, fait mystère du nombre exact des jihadistes tués.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Camp d’entrainement

Les échanges de tirs hier entre l’armée et Boko Haram ont généré un nouveau bilan de ces attaques à n’en plus finir. Au moment où nous mettions sous presse hier, dimanche 21 septembre 2014, aucun nouveau bilan de la bataille de Fotokol n’était disponible. Des indiscrétions évoquent une cinquantaine de morts du côté des assaillants que l’on dit affaibli. En effet, à longueur de la semaine dernière, une clameur (camerouno-nigériane) annonçait la mort du chef de Boko Haram. Ainsi, Abubakar Shekau aurait été tué à la suite d’un raid des forces nigérianes près de Maiduguri. La « nouvelle » continue de surfer sur les vagues des réseaux sociaux. C’est en réalité la «deuxième mort» pour ce redoutable jihadiste dont la tête est mise à prix par les autorités nigérianes.

Quoiqu’il en soit, l’actualité de ces dernières heures appelle à la prudence. L’annonce de la «mort» d’Abubakar Shekau intervient tout de même au moment où des sources généralement bien informées révèlent une nouvelle vague d’enrôlement de jeunes combattants de Boko Haram. De plus, le village nigérian de Tchouko Ngoudo, située à une dizaine de bornes de Fotokol, serait actuellement le principal centre de formation de ces nouvelles recrues de Boko Haram. L’armée camerounaise au front (irréprochable jusque-là) est interpellée.

© S.K. | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top