Features

L’Addec exige la démission de Jacques Fame Ndongo

enseignants-Jacques-Fame-Ndongo-education-camerounais

L’Addec attribue les ennuis de leurs deux camarades à la dénonciation par eux d’un acte du recteur de l’université de Yaoundé 1

L’Addec (Association pour la  défense des droits des étudiants du Cameroun) vient de réagir à l’exclusion temporaire (2 ans) de leurs établissements, de deux de ses dirigeants. Dans une « déclaration » datée du 7 octobre 2014 et signée des membres de son Comité exécutif national, elle conteste les motifs des sanctions infligées à son président Thierry Batoum (Etudiant à l’Ecole nationale supérieure polytechnique) et au secrétaire général Barthélémy Tchaleu par le ministre de l’enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo. Le recteur de l’université de Yaoundé 1 est accusé d’avoir « menti » sur Thierry Batoum, étudiant en 5ème année biologie à l’Ecole normale supérieure (Ens),  accusé de « fraude à l’examen de fin de premier semestre de l’année académique 2013-2014, incitation à la désobéissance, actes contraire à l’éthique universitaire ».

Selon ses camarades,  Batoum n’aurait appris sa suspension et par hasard que 20 jours après la signature de la décision. Ils soutiennent que le puni « n’a jamais fraudé de quelque manière que ce soit » et « n’a jamais été accusé ni au propre ni au figuré de l’avoir fait ». Sinon il n’aurait pas été admis au niveau 5, argue encore  l’Addec. Son bureau exécutif affirme que Tchaleu n’a appris son exclusion que 24 jours après la signature de la décision qui l’exclut. L’Addec parle aussi d’irrégularités et mentionne une « confusion d’établissement ».

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’Addec attribue les ennuis de leurs deux camarades à la dénonciation par eux d’un acte du recteur de l’université de Yaoundé 1 (Maurice Aurélien Sosso) qui demandait à chaque étudiant de payer en plus des 50 000 francs de frais de scolarité la somme de 6 000 francs représentant les frais d’établissement d’une carte d’étudiant et d’assurances maladie. L’Addec fait savoir que ses objectifs premiers ne sont pas de « menacer la paix social, encore moins de déstabiliser la République ». Elle qui dit avoir enclenché une procédure judiciaire dénonce le «  gangstérisme universitaire » et exige pêle-mêle l’annulation par le ministre Jacques Fame Ndongo de l’exclusion de Batoum et Tchaleu, les démissions « sans délai » du directeur adjoint de l’Ecole nationale supérieure polytechnique (Ensp) Claude Marie Ngabireng, du directeur des affaires académiques et  du courrier de l’Université de Yaoundé 1, Jean-Claude Tchouankeu, du recteur de l’université de Yaoundé 1, Maurice Aurélien Sosso et du ministre de l’enseignement supérieur Jacques Fame Ndongo.

Robert Ndonkou, Cameroon-Info.Net

Populaires cette semaine

To Top