Features

Koutaba : 200 élèves-douaniers Prêts au combat

bir-nord-cameroun-camer24

Plus de 200 élèves-douaniers ont bouclé leur formation militaire.

Ils étaient initialement 245 retenus par voie de concours direct pour intégrer la fonction publique comme personnels des catégories C et D de l’administration des douanes du Cameroun. Parmi eux, 75 préposés des douanes, 55 brigadiers, 55 contrôleurs adjoints des douanes et 60 commis des douanes. Finalement, 208 ont pris part à la formation militaire qui s’est déroulée du 21 juillet au 18 septembre 2014 au centre d’instruction militaire de Koutaba.

C’est dans la cour d’honneur de ce centre, le jeudi 18 septembre 2014, que s’est déroulée la cérémonie de fin de formation de ce personnel des douanes. A travers un bref défilé des troupes commandé par le capitaine Assana, ces soldats douaniers ont présenté un bref aperçu de ce qu’ils ont acquis en deux mois. Côté résultats, le brigadier des douanes Jean Louis Messing, droit comme un soldat, a reçu ses galons et son diplôme, des mains du sous préfet de Koutaba. Il est le major de la promotion 2014 en formation militaire, des élèves douaniers.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A sa suite, 208 élèves douaniers ont reçu les galons de brigadiers et de préposés de douanes. Si les cinq premiers ont obtenu chacun une note supérieure à 16 sur 20, les cinq derniers ont échoué avec chacun, une note de 9/20. Il y a eu un candidat non classé, puisque n’ayant pas participé à la formation militaire. Pourtant, de sources militaires, tout a été allégé pour qu’il n’y ait plus de pertes en vies humaines lors de la formation militaire à Koutaba.

On évoque ici la promptitude du commandant Dr Kamga et du staff médical, à veiller sur la santé des élèves douaniers pendant leur formation militaire. «Ils ( les elèves douaniers, ndlr) ne seront pas renvoyés. Ils vont intégrer la douane, mais ils vont travailler au bureau et ne descendront pas sur le terrain », nous explique un officier de douanes. C’est par un séminaire d’imprégnation à la législation et à la réglementation, aux techniques, aux réformes et autres spécificités douanières, qu’ils vont bouclé à Yaoundé, la dernière étape de leur formation.

© Le Jour : Honoré Feukouo

Populaires cette semaine

To Top