Features

Joseph Owona répond à Adoum Garoua

cameroun-Football-Lionnes-Joseph-Owona-Fecafoot-Fifa

Joseph Owona, le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football a fait une sortie médiatique ce lundi 01er juin, pour expliquer pourquoi il est jusqu’ici demeuré insensible à la dernière sentence de la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage (CCA) du Comité national olympique et sportif du Cameroun (Cnosc).

Cette sortie du patron de la Fecafoot, sonne comme une réplique à Adoum Garoua, le ministre des sports qui a fait publier le week-end dernier, un communiqué dans lequel il enjoint Joseph Owona et ses pairs du Comité de normalisation,  d’appliquer à la lettre, entre autres, cette dernière sentence qui ordonne l’annulation des récentes décisions de nominations des Comités de normalisation régionaux et départementaux  au profit des bureaux exécutifs issus des élections de 2009.

En guise de réponse, Joseph Owona a publié un communiqué dans lequel il informe que la dernière sentence querellée de la Chambre de Conciliation et d’Arbitrage du Cnosc rendue le 15 mai 2015, ne lui a toujours pas été notifiée. Et pourtant, Abdouraman Hamadou le plaignant qui a eu gain de cause contre la Fécafoot devant les juges de la CCA, avait fait une sortie médiatique le mois dernier pour démentir cette affirmation des dirigeants de la Fécafoot, faite pour la première fois, le 19 mai 2015. « Ce que Abdouraman déclare n’est pas vrai parce que un extrait de plumitif qui a été servi à la Fécafoot n’est pas une notification. Il ne faut pas ramener tout le monde au niveau zéro de la connaissance, au point de rendre notre pays ridicule. Quand vous voulez notifier une décision de justice, notifier la vraiment, parce que, tant que la Chambre qui a eu à prendre la décision ne réussit même pas à motiver ou à écrire sa décision intégralement, il y a problème. L’extrait du plumitif qu’on vous donne c’est  juste le dispositif qui y figure. Il ne peut pas vous permettre d’attaquer la décision alors que c’est votre droit. Donc, jusqu’à nos jours, le Comité de normalisation attend toujours d’être notifié dans le respect des règles» explique Abdoulaye Ado, défenseur invétéré des dirigeants de la Fécafoot.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dans sa réplique après le rappel à l’ordre du ministre des sports, Joseph Owona annonce la prolongation d’un procès qui est loin d’avoir tenu sa dernière audience. «Il s’ensuit  que la sentence du 15 mai 2015 n’est pas exécutoire et que le dispositif dont se prévalent certains individus ne saurait constituer une sentence d’une quelconque juridiction nationale ou internationale. En tout état de cause, la FECAFOOT se réserve le droit d’exercer des voies de recours appropriées devant les instances compétentes quand ces sentences lui seront notifiées, et cela le cas échéant » indique le patron du sport roi camerounais avant de marquer sa surprise quand à l’attitude des juges du CCA qui acceptent mettre leur nez partout, même dans les affaires où ils devraient se déclarer incompétents. « Par ailleurs, il y a lieu de noter que les décisions en cause portant nomination des comités de normalisation régionaux et départementaux sont essentiellement administratives et pas des litiges sportifs. Lesdites décisions précisent que ces comités n’interviennent pas de quelque manière que ce soit dans le processus électoral en cours et que leurs membres ne peuvent se porter candidat à un poste quelconque des organes exécutifs. Le Comité de Normalisation est et demeure la seule instance électorale dont les décisions sont sans appel et inattaquables. Toute autre immixtion serait considérée comme une ingérence intolérable » menace Joseph Owona.

Après un moment d’accalmie, l’ambiance redevient très tendue dans les milieux du football camerounais alors que dès demain mardi 02 juin, les membres de la Fécafoot sont attendus à Yaoundé pour une assemblée générale décisive dans le processus électoral à venir.

Adeline ATANGANA

Populaires cette semaine

To Top