Features

Joseph Antoine Bell : « *On doit pouvoir se parler »

Bell-Joseph-Antoine-football-François-Hollande

L’ancien Lion indomptable Joseph Antoine Bell, candidat à la présidence de la Fécafoot présente les enjeux de cette Assemblée générale. 

Quelles sont vos attentes par rapport à l’Assemblée générale extraordinaire de la Fécafoot qui a lieu ce jour ? 

La première chose que je souhaite ardemment c’est d’avoir une assemblée homogène dans les intentions. C’est-à-dire d’avoir des gens qui viennent en sportifs pour pouvoir se parler, pour parler des choses qui les préoccupent à savoir le football. On peut ne pas être d’accord mais si on appartient à la  même association, on doit être capable de se parler. Il y a beaucoup de choses à dire et l’assemblée générale est l’occasion de dire ces choses là à l’exclusion de tout combat personnel. Je souhaite que les membres de cette assemblée viennent dans cet état d’esprit et qu’ils se souviennent que ce n’est pas le lieu de s’affronter individuellement pour des intérêts autres que le football. N’oublions pas qu’il s’agit là d’une assemblée extraordinaire et donc qu’il y a un seul point à l’ordre du jour.

D’aucuns estiment que le Cameroun gagnerait à être suspendu par la Fifa pour pouvoir régler cette crise en interne. Etes-vous de cet avis ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour ceux qui pensent qu’on devrait suspendre le Cameroun pour qu’on puisse régler le problème en interne, je voudrais leur dire que l’auto exclusion existe. Le Cameroun n’a pas besoin de se faire gifler pour se coucher, le Cameroun n’a qu’à se coucher tout seul. Dans ces conditions, le Cameroun peut demander à se retirer. Pourquoi nous voulons l’humiliation de la Fifa pour pouvoir gérer nos problèmes ? Si nous pensons que se retirer des compétitions internationales permet de régler les problèmes en ce moment, on n’a qu’à se retirer en grand. Quant à  la menace elle-même, je voudrais dire que cette menace de suspension est plus fictive qu’autre chose. Personne ne connaît une fédération qui a été suspendue deux, trois jours ou une semaine. A ma connaissance, ce n’est jamais arrivé. Et puis, il se trouve que celui qui menace de nous suspendre semble totalement oublier qu’il est       partie prenante de ce qui se passe au Cameroun. C’est la Fifa qui a mis le Comité de normalisation en place ; c’est la Fifa qui a prorogé son mandat et on s’aperçoit aujourd’hui que la Fifa est pour beaucoup dans nos problèmes.

Est-ce à dire que cette menace de suspension du Cameroun par la Fifa ne vous fait pas peur ?

La Fifa ne pourrait pas nous suspendre. La Fifa qui menace de suspendre les uns et les autres lorsque les Etats se mêlent de leurs affaires n’a suspendu personne lorsqu’on a vu les Etats au siège de la Fifa. La police appartient forcément à un Etat. On a vu la police au siège la Fifa et elle n’a suspendu personne. Des dirigeants de la Fifa sont en prison sans que la Fifa n’ait suspendu personne. Ça veut dire que la Fifa reconnaît  que la justice est au-dessus de tout dans tous les Etats de droit. La Fifa ne peut donc pas nous suspendre. Je voudrais également dire aux uns et aux autres qu’il n’y a pas de raison de s’alarmer de cette menace de suspension parce que même dans le sport, la Fifa n’est pas le sommet comme on prétend.

Propos recueillis par Daniel Ndjodo Bessala

Populaires cette semaine

To Top