Société

Joie et détermination au collège Jean tabi

collège-Jean-tabi

Enseignants et élèves ont le regard rivé vers le futur, même si cette première place les ravit. « Nous sommes premiers ? », questionne le vigile lorsqu’il réalise que les visiteurs sont des journalistes. Une ambiance studieuse quand l’équipe de CT débarque au collège. C’est pourtant veille des congés.

Les élèves sont en classe ! Dans la salle des professeurs, les bulletins forment des montagnes sur les tables. Anastasie Bekono, la sœur principale, est déjà au courant de la nouvelle. « Mon téléphone sonne sans cesse depuis le matin », confie-t-elle. La bonne nouvelle a été répercutée immédiatement aux enseignants, puis aux élèves aux alentours de 10h. Luc Mballa, enseignant d’histoire/géographie s’empresse de savoir l’écart qui les sépare du deuxième. En fait, c’est à ce niveau que se situe la « vraie » information à Jean Tabi. Parce que, en réalité, le rang ne surprend personne ici. L’an dernier déjà, le collège Jean Tabi se hissait au sommet de ce classement de plus de 1.000 établissements. Ses résultats en fin d’année dernière auguraient déjà sa place actuelle au palmarès 2014 : 100% à l’examen baccalauréat toutes séries, un seul échec pour les probatoires A, D, C. Pas de surprise donc même si on reconnaît que c’est le fruit d’un travail continu et assidu tant de la part du collège que des élèves.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

« Nous mettons les moyens sur les plans pédagogiques, culturels, périscolaires. L’objectif est de former des enfants dans tout leur être, capables de se prendre en charge et de s’assumer. L’objectif est d’avoir un produit compétitif dans tous ses aspects », argumente Luc Mballa. On comprend donc pourquoi l’information se situe au niveau du taux de réussite et du nombre de mentions. « Ces données sont importantes parce qu’elles nous permettent d’être sûrs que le maximum de nos candidats peuvent passer les concours des grandes écoles », renchérit-il.

Il y a un autre détail qui compte pour ce succès : l’aspect managérial. « Environ 50% d’enseignants du Collège Jean Tabi sont des professeurs des lycées. Le collège les met dans les conditions adéquates pour atteindre les objectifs. La rémunération est conséquente et leurs pensions reversées à la Caisse nationale de la prévoyance sociale », précise Bienvenu Moudakna, comptable matière. On ne peut pas occulter  le cadre : propre, verdoyant et attrayant. Ici, les regards sont rivés vers l’horizon. En Terminale, les élèves sont conscients de ce challenge. Fleurette Mani, Tle A, ne cache pas que « cette performance nous met la pression. Nous avons la responsabilité de maintenir le taux de réussite au moins au niveau légué par nos aînés. Nous promettons de faire mieux, c’est une question de détermination, d’organisation, de méthode. »

Jeanine FANKAM

Populaires cette semaine

To Top