Culture'Urbaine

Joe Mboule : « La décision prise par le Premier Ministre ne nous concerne pas… »

ama-tutu-muna-cour-suprême-Mbog-Liaa

Georges Ludovic Njoh Mboulé, plus connu sous son nom d’artiste Joe Mboulé, est le président du conseil d’administration de la Société camerounaise civile de musique (Socacim).

Elle a vu le jour dans la région du Nord-ouest le 28 avril 2015. Près de trois semaines après la création de la Socacim, ses fondateurs ont reçu d’Ama Tutu Muna, le ministre des Arts et de la Culture, dans des conditions controversées, un agrément pour la gestion collective du droit d’auteur de l’Art musical. Hier vendredi 22 mai, le Premier ministre Philémon Yang, a pris une décision portant annulation de la décision attribuant l’agrément à la Socacim.

Joint pour avoir sa réaction, Joe Mboulé, la première autorité de la Société camerounaise civile de musique, a fait savoir que la sortie musclée du chef du gouvernent ne l’ébranlait point.

« La décision prise par le Premier ministre, ça ne nous concerne pas du tout. Nous sommes tout à fait sereins parce que, nous avons respecté les textes en vigueur pour pouvoir créer notre société. Nous avons ensuite introduit auprès du  Ministère de la Culture, une demande pour l’obtention de l’agrément.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Ce qui nous a été accordé dans le respect des textes en vigueur. Voilà pourquoi je dis que la décision prise par le Premier ministre ne nous concerne pas. J’estime qu’il a réglé un problème avec son ministre de la Culture. Ça n’a rien à voir avec une société privée comme la Socacim » parle avec assurance Joe Mboulé.

Et quand on lui fait remarquer que la Socacim ne saurait remplir ses missions sans agrément, l’auteur du tube à succès « Malabar » , brandit l’urgence et l’intérêt qu’il y a à laisser la Socacim remplir ses missions.

« Il ne faut pas qu’on nous mène en bateau parce qu’au jour d’aujourd’hui, je ne sais pas quel est l’auteur compositeur camerounais qui accepterait la situation dans laquelle nous vivons ! Si nous avons décidé de créer cette société, c’est pour combler un vide et pour ne pas laisser que les artistes continuent à mourir dans la misère » explique celui qui réclame plus de 40 ans de carrière musicale.

Adeline ATANGANA

Populaires cette semaine

To Top