Features

Jeunesse camerounaise: Des modèles existent encore

Jeunesse-camerounaise-Des-modèles-existent-encore

Ils sont nombreux les jeunes camerounais qui se distinguent des autres en offrant du travail à leurs frères et sœurs. Au vu du problème de chômage auquel plusieurs jeunes font face dans notre société, certains directeurs de petites ou moyennes entreprises n’hésitent pas à offrir une porte de sortie aux sans emplois.

C’est le cas de Joseph Takou, Président Directeur Général de la société Tkenmali Construction faisant dans les bâtiments et travaux publics, qui encadre près de 100 jeunes qu’il forme, paie et place si possible dans les entreprises plus viables. Selon le journal Le Soir paru en kiosque ce mercredi 10 février 2016, « il privilégie l’embauche des jeunes en leur donnant du travail à compétence égale ». Il peut d’ailleurs se vanter d’avoir permis à plus de vingt jeunes, de trouver des emplois décents, en 2015.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Mais il n’est pas le seul à se prêter à ce jeu. Ousmanou Moustapha, 35 ans, n’a pas pu attendre l’apport du gouvernement pour se lancer dans la vie active, précisément dans le transport et le commerce international. Chef d’entreprise depuis 1999, il n’a jamais bénéficié du financement du gouvernement, encore moins des institutions internationales. Pourtant, selon le journal, il a des employés à sa charge. « Les lamentations ne nous avancent pas. Si nous continuons de croire que le gouvernement nous aidera à résoudre nos problèmes, nous attendrons toute la vie », déclare t-il.

Ces leçons sont à coup sûr bien retenues par certains jeunes, surtout ceux qui sont encore scolarisés. Pour Brice, par exemple, qui a fait valoir son génie en informatique, est propriétaire d’un réseau social, à 30 ans, lit-on dans Le Soir. Un autre modèle pour la jeunesse, Stéphanie Mbida, jeune camerounaise vivant aux Etats Unis, n’a pas cessé de faire parler d’elle. Malgré les obstacles rencontrés en Amérique, elle est une référence pour la jeunesse sur le plan intellectuel. « Ceci après avoir passé son premier examen d’entrée à l’université à l’âge de 11 ans seulement, avec l’une des meilleures notes des Etats Unis », indique le journal.

Lore E. Souhe

 

Populaires cette semaine

To Top