Features

Iya Mohammed : Condamné, mais pas affligé

Yaoundé-Sodecoton-Iya-Mohammed-tribunal-témoins-Fécafoot

Le Tribunal criminel spécial lui a infligé une peine de 15 ans d’emprisonnement ferme qu’il a accueillie avec flegmeLe 03 septembre 2015 était un grand jour pour l’ancien directeur général de la Sodecoton et ex-président de la Fécafoot. Ce jour, Iya Mohammed arrive au Tribunal criminel spécial à 9h39, dans un car Hiace de la prison centrale de Kondengui. Vêtu d’un ensemble boubou de couleur bleu-ciel, il est accompagné de Lucien Fotso, l’ancien directeur comptable de la Sodecoton, son coaccusé avec qui il est en détention provisoire depuis 2013. La sérénité est de mise. L’attente de près de deux heures de l’accusé Iya dans la salle attenante à la salle d’audience ne l’empêche pas d’échanger avec ses avocats, ses amis et sa famille.

Pieds ou bras croisés. 11h11, le collège des juges fait son entrée. L’audience débute aussitôt. La salle est archicomble. Yap Abdou, président du TCS et président de la collégialité, fait le bilan du procès, indiquant les différentes plaidoiries et réquisitions des parties. Une phase que l’ancien dirigeant de la Sodecoton suit avec intérêt. Jusqu’à la sentence de 15 ans d’emprisonnement ferme, qu’il a accueillie avec flegme. Accordant même de grands sourires à des proches et lançant des piques à Me Francis Sama, avocat de la partie civile. «Vous attendez vos milliards», lui a-t-il lancé, sarcastique, au moment où le car qui le transportait quittait la cour du TCS de Yaoundé, à 15h30.

GAROUA

A plus de 1500 km de Yaoundé, dans son fief de Garoua, l’atmosphère n’a rien de spécial. La légère pluie qui s’est abattue sur la capitale régionale du Nord ce jeudi 3 septembre 2015, n’a pas perturbé le train quotidien. Aux environs de 14h, la nouvelle de la condamnation d’Iya Mohammed se propage progressivement dans la ville. «Iya Mohammed n’a pas la popularité d’un Marafa, mais ça ne réduit pas du tout toute la contribution efficace qu’il a apportée au rayonnement de cette grande ville», nous lance d’emblée, Abdoulaye Farikou, cadre dans une microfinance dont le siège à pignon sur rue à l’avenue des banques. Non loin de là, au bout de cette superbe avenue, le siège du Rdpc à Garoua ne grouille pas de monde ce jour. Avant son arrestation, Iya Mohammed faisait office de cadre de ce parti. Dans les couloirs, tous ceux qui s’y trouvent avouent ne pas être au courant de la nouvelle.

En fait, l’astuce est tout trouvée pour éviter d’aborder la question. A Marouaré, quartier résidentiel de la ville où est situé le domicile de l’ancien directeur général, c’est également un calme plat. Ici, les domiciles ont la particularité de posséder presque tous des barrières. Difficile de trouver des individus qui vadrouillent dans les rues. Au domicile d’Iya Mohammed, pas un signe de vie. De l’autre côté du quartier, nous aboutissons au siège de la direction générale de la Sodecoton. C’est pratiquement l’heure de clôture du travail. Un cadre commercial que nous abordons à la sortie, est prompt à nous répondre. Mais lorsque nous dévoilons notre identité, il change d’avis immédiatement. «Monsieur, je suis désolé, s’il vous plaît je ne souhaite même pas qu’on sache que je vous ai parlé, revenez me voir pour autre chose, je préfère être prudent», conclut-il.

Son collègue, responsable au service administratif et financier, même s’il choisit l’anonymat se montre cependant plus disert. «C’est une injustice grave. Je suis à plus de 20 ans de service dans cette entreprise. J’ai fait toute ma carrière sous la direction de Iya Mohammed. Je ne sais pas de quel détournement on parle. Jusqu’à son limogeage, l’entreprise se portait très bien sur le plan financier. Sous sa direction, la Sodecoton a été d’un très grand apport dans l’épanouissement social des populations du Grand- Nord. Depuis son départ, j’aimerais qu’on vous fasse le point de la situation. Ce monsieur (Iya Mohammed, Ndlr) est un grand homme, justice sera faite un jour», tranche-t-il. A la différence du reste de la ville, Roumdé-Adja, n’est pas resté indifférent à la condamnation de l’ancien Dg de la Sodecoton. Le soir du 3 septembre 2015, il n’y avait que pour Iya Mohammed dans les conversations.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Au lieu-dit «Cercle sportif», un bar très couru du coin et où se retrouvent tous les fans de Coton Sport de Garoua, la pilule était vraiment difficile à avaler. «Vous voyez comment on récompense un homme qui a contribué au progrès de la jeunesse camerounaise. En l’envoyant faire 15 ans en prison. Pour vous, les gens de Yaoundé, ça vous amuse. Nous ici, on perçoit ça comme une injustice criarde», affirme Farridah André. Autour de lui, une quinzaine de fans de l’ancien président de la Fecafoot suivent attentivement des nouvelles en provenance de Yaoundé, qu’un des leurs est en train de les procurer par téléphone. Il certifie avoir discuté avec Iya Mohammed et confirme aux siens sa sérénité et son calme. Au passage, il rassure : «l’affaire n’est pas terminée. Le président va faire appel. Avec plus de chance, on peut voir sa peine réduite ou carrément annulée. Donc, restons calmes.

Soutenons-le sans relâche, surtout dans nos prières». Un discours qui a le don de temporiser l’ambiance.

CIRCONSTANCES ATTÉNUANTES

Contrairement aux réquisitions du ministère public et de la partie civile qui demandaient la condamnation à vie et le paiement d’un montant de 13 437 847 549 Fcfa représentant le préjudice global subi par la Sodecoton, le collège des trois juges conduit par Yap Abdou a donc condamné Iya Mohammed à 15 ans d’emprisonnement ferme. Il est ainsi coupable de l’octroi d’un avantage salarial à son collaborateur à hauteur de 7 millions Fcfa. De fait, l’ancien directeur général avait estimé qu’au vu de sa charge de travail, son indemnité devrait passer de 50 à 75 000 Fcfa. Le TCS a ainsi précisé que c’est une violation de l’arrêté du Premier ministre qui fixe ladite indemnité et Iya Mohammed ne devait manifester cette charité qu’avec ses fonds propres. S’agissant des avantages salariaux, Iya Mohammed est contraint de rembourser les 51 651 307 Fcfa indûment perçus. Et même le témoignage au cours d’une audience de Louis Eyeya Zanga, l’ex président du conseil d’administration de la Sodecoton, n’influencera pas le verdict des juges, tant ils le qualifieront de «vaines tentatives de sauvetage d’un ami en détresse». Dans la même lancée, le TCS met en exergue la mainmise de Iya Mohammed sur le club Coton Sport de Garoua dont il est loin d’être le simple président d’honneur. En plus de la nomination de tous les responsables, il va allouer plus de 4 milliards 310 millions Fcfa au club en termes de subventions et attribuer d’autorité 6 marchés d’une valeur de 977 753 040 Fcfa. Les juges parleront ainsi de «détournement massif à l’honneur de Iya Mohammed, au détriment de la Sodecoton».

Il est donc jugé coupable du détournement de plus de 4 milliards 790 millions Fcfa. En somme, Iya Mohammed, Mahamat Karagama et Christophe Mbaigoum sont condamnés à payer de manière solidaire plus 12 milliards Fcfa représentant un préjudice matériel de 10 936 447 772 Fcfa, financier d’un milliard Fcfa et des frais de procédure de 150 millions Fcfa. Iya Mohammed est ainsi acquis à la déchéance pendant 10 ans à toute fonction et verra les biens mis en cause saisis. Il ne subira tout de même pas une contrainte par corps comme Mahamat Karagama et Christophe Mbaigoum, en raison de son âge. Des circonstances atténuantes qui se justifient, selon les juges du TCS, par le fait que l’ancien directeur général de la Sodecoton n’ait auparavant jamais eu des démêlés avec la justice camerounaise. Si la partie civile, par la voix de Me Francis Sama, s’est réjouie de la sentence prononcée par Yap Abdou, Me Balla, l’un des avocats de Iya Mohammed, a évoqué un éventuel recours, car dira-t-il : «Un aîné dans cette profession nous avait dit : ne soyez jamais déçus par les décisions de justice».

Son confrère dans la défense de l’ex directeur général de la Sodecoton, lui, clamera : «Il y a des moments où le silence vaut de l’or. Trop parler ne sert à rien. Nous avons perdu la bataille, pas la guerre. Mr Iya Mohammed, vous avez perdu la bataille, la justice continue». L’illustre accusé ne trouvera pas mieux que de dire : «Je suis condamné, pas pour des faits qui ont été cités, mais pour des faits que j’ignore». Lui qui a accepté, «pas avec gaieté de coeur», la sentence du TCS. Iya Mohammed a pourtant regagné la prison centrale de Kondengui, toujours en compagnie de Lucien Fotso, avec la même sérénité qu’à son arrivée.

BERTRAND AYISSI ET INNOCENT BLAISE YOUDA

Populaires cette semaine

To Top