Features

Issa Tchiroma Bakary, «les opérations spéciales portent des fruits »

Le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary, a tenu une conférence de presse mardi à Yaoundé afin de faire le point sur les opérations de lutte contre le groupe terroriste. 

« Mesdames, Messieurs les Journalistes,Chers Invités,Mesdames, Messieurs,

Je vous souhaite une chaleureuse bienvenue à ce rendez-vous auquel je vous ai conviés, et je voudrais vous remercier pour votre prompte réaction.

Notre échange de ce jour porte sur la situation relative aux opérations de riposte de nos Forces de Défense et de Sécurité, suite aux attentats-kamikazes perpétrés par l’organisation terroriste Boko Haram les 12, 22 et 25 juillet derniers dans la région de l’Extrême-nord.

Vous vous souvenez en effet que deux kamikazes s’étaient fait exploser le dimanche 12 juillet 2015 vers 19 heures dans la localité de Fotokol à la frontière avec le Nigéria faisant 13 morts dont les deux kamikazes et 10 blessés. Le mercredi 22 juillet 2015 aux environs de 14 h 30 minutes, deux autres kamikazes se faisaient exploser à leur tour au quartier Bamaré et à l’entrée du marché central de la ville de Maroua, faisant 13 morts, dont les deux kamikazes et 32 blessés.

Trois jours plus tard, le samedi 25 juillet 2015, un autre attentat-suicide survenait au quartier Pont vert, toujours dans la ville de Maroua, avec pour bilan, 21 morts et 85 blessés.

À la suite de ces tragédies successives à la cruauté à nulle autre pareille, qui ont créé l’émoi et la stupeur au sein de nos populations, le Chef de l’État, Son Excellence Paul Biya, a prescrit des mesures énergiques, pour traquer et débusquer ces criminels et les mettre hors d’état de nuire.

Pour la période allant du 25 juillet au 1er août 2015, le bilan des opérations spéciales menées par nos Forces de Défense et de Sécurité sous la supervision des autorités administratives, se présente ainsi qu’il suit :

Deux jeunes filles âgées respectivement de 19 et de 21 ans, ont été interpellées en possession de deux sacs à main contenant des engins explosifs dont je vous montre les photos.

À Maroua, trois individus ont également été interpellés avec en leur possession, un sac en plastique contenant des engins explosifs. Leur objectif était de se faire exploser dans une mosquée.

Les Forces de Sécurité ont bénéficié dans cette opération du concours précieux d’un conducteur de moto-taxi, qui au péril de sa vie, a détourné un des kamikazes de sa destination et l’a conduit dans un commissariat de police de la ville, avec ses explosifs.

Je voudrais à ce stade, au nom du Chef de l’État, saluer le comportement exemplaire et la bravoure de ce citoyen qui, grâce à sa collaboration avec les Forces de Sécurité, a permis de sauver plusieurs vies humaines et de préserver d’importants biens matériels.

Incontestablement, ce citoyen occupe une place de choix dans le cœur du Chef de notre nation.

À Bogo dans le département du Diamaré, une opération de la brigade de Gendarmerie locale, a permis de neutraliser un terroriste Boko Haram et de récupérer un fusil AK 47, 17 cartouches de 7,56 millimètres, une boîte de chargeur de fusil AK 47 et deux motos.

Au camp des réfugiés de Minawao, quatre suspects Boko Haram ont été interpellés et sont en exploitation.

Plusieurs opérations de ratissage et de blocage ont été effectués ici et là. Elles ont permis d’interpeller de nombreux suspects qui sont en exploitation.

Il faut dire que ces opérations, menées dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, ont également permis d’interpeller plusieurs catégories de criminels, y compris des évadés de prison.

En marge de ces opérations, plus de 3 000 étrangers en situation irrégulière ont été interpellés et remis au service Emi-immigration de la Sûreté nationale pour leur refoulement.

Les enquêtes spécifiques ouvertes sur les Très Hautes Instructions de Son Excellence, Monsieur le Président de la République, se poursuivent.

Les premières conclusions font ressortir ce qui suit notamment:

Sur les auteurs, les identités des deux kamikazes des attentats du 22 juillet 2015 ne sont pas encore révélées. Mais on sait déjà que la terroriste de Barmaré se faisait passer pour une mendiante. Quant à celle du marché central de Maroua, des témoignages concordants indiquent qu’elle se livrait également à la mendicité, en compagnie de sa mère. Les témoins font en outre savoir que l’intéressée présentait en apparence des signes de démence.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Pour ce qui est de la kamikaze du 25 juillet 2015 au quartier Pont vert de Maroua, il s’agit d’une jeune fille de 13 ans environ.

S’agissant de la nature des explosifs, les premières investigations tendent à révéler que les charges utilisées par les terroristes sont de nature militaire, vraisemblablement récupérées lors des attaques menées par Boko Haram sur des cibles militaires, ou alors, acquis dans certains pays en proie à des conflits armés et à des situations d’instabilité.

L’exploitation des lots d’explosifs saisis lors des opérations spéciales conduites par les Forces de Défense et de Sécurité, permettront de donner de plus amples explications quant à l’origine exacte de ce matériel de guerre.

Pour l’instant, les constats effectués sur les différentes scènes des attentats ont permis de collecter un matériel diversifié, constitué de ceintures servant de support et de transport des charges, de micro-plaques électroniques, de câbles électriques et de piles servant à la fourniture d’énergie de mise à feu.

Mesdames, Messieurs les Journalistes,

Comme vous pouvez donc le constater, le Gouvernement a parfaitement pris la mesure de la menace terroriste dans notre pays en général, et particulièrement dans la région de l’Extrême-nord où elle se fait le plus sentir.

Les opérations spéciales décidées par le Chef de l’Etat, Son Excellence Paul Biya, et menées sur le terrain par les Forces de Défense et de Sécurité, sous la Coordination des autorités administratives, sont en train de porter des fruits. Cette lutte va continuer en s’intensifiant, jusqu’à l’éradication totale du péril Boko Haram dans notre pays.

Au nom du Chef de l’État, je demande une fois de plus à tous les Camerounais en général, et aux populations de la région de l’Extrême-Nord en particulier – qu’il s’agisse des élites politiques et intellectuelles, des prédicateurs, des ministres du culte, des chefs traditionnels, des chefs de blocs ou de quartiers, des commerçants, des transporteurs publics, des leaders d’associations, et autres organisations sociales- de redoubler de vigilance, de ne ménager aucun effort pour une collaboration totale, loyale et sincère avec les autorités administratives et les forces de défense et de sécurité, de leur communiquer toute information susceptible de débusquer Boko Haram et ses complices partout où ils pourraient se trouver sur notre territoire.

Je voudrais, au nom du Gouvernement, exprimer ma satisfaction face à l’écho favorable que cet appel trouve auprès des populations. De nombreux résultats obtenus à ce jour dans les opérations menées par nos Forces de Défense et de Sécurité, le sont en effet, grâce à la collaboration de ces populations.

Car, ne l’oublions pas : c’est en pure lâcheté que les criminels de Boko Haram agissent, en se rendant invisibles et opérant à chaque fois par surprise. Et c’est donc grâce à l’information que seules peuvent procurer les populations, que ces barbares peuvent être démasqués et appréhendés par les Forces de Défense et de Sécurité.

Toujours au nom du Chef de l’État, je les exhorte à ne jamais céder à la panique, et à opposer une résistance inébranlable à cette campagne de psychose et de peur que la horde barbare et criminelle de Boko Haram, tente de mener en direction de nos populations.

J’en appelle également à la responsabilité des médias, pour qu’ils s’abstiennent de manière absolue, d’exposer au public, sous le prétexte de la couverture de ces tragiques évènements, des images insoutenables, faites de corps déchiquetés ou en décomposition, ainsi que des bains de sang.

Je voudrais qu’il soit bien compris qu’en le faisant, nous ne faisons que faire à notre insu, le jeu de Boko Haram, dont le but, à travers ces attentats lâches et criminels, est de semer la terreur et d’installer les populations dans la peur et la psychose.

Je compte donc une fois de plus sur votre engagement citoyen et sur votre sens de responsabilité, tel que vous le prescrivent d’ailleurs l’éthique et la déontologie de votre métier.

Je vous remercie de votre aimable attention. »

Populaires cette semaine

To Top