Features

Issa Tchiroma : « 24 000 prisonniers seront libérés »,des chiffres contestés

ssa-tchiroma-Bakary-Télévision-confťrence-de-presse-communication
Lors d’une récente déclaration à la presse, le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary a rappelé qu’ «en tout, ce sont 24000 prisonniers répartis dans 77 prisons» qui vont être libérés progressivement sur toute l’étendue du territoire. Dès que «les formalités administratives » seront remplies, «ceux devant être libérés le sont sans aucune autre forme de procès».Ainsi donc, 24 000 prisonniers des «77 prisons » du pays sont concernés par le décret du 18 février portant commutation et remise de peines. Les calculs sont-ils bons ? Au 31 décembre 2012, les prisons du Cameroun selon la direction de l’administration pénitentiaire du ministère de la Justice, comptaient 16915 places. Si les prévenus étaient au nombre de 15756, par contre on dénombrait 9581 condamnés définitifs. Soit au total 25337 détenus. Au terme du processus de libération des personnes concernées par le décret du chef de l’Etat et si l’on en croit Tchiroma, il ne restera que 1337 détenus dans nos prisons. Un rêve pour les droits de l’Homme et des appréhensions pour les populations. Même en faisant une correction de 1000 détenus de plus, il serait difficile d’imaginer les prisons du Cameroun dégarnis au point ou dans les 77 maisons d’arrêts, il n’en resterait plus que 2337. Le ministre de la Communication s’est- il emmêlé dans les chiffres qui lui ont été présentés par les services dits compétents ou est- ce la raison d’Etat qui lui a fait commettre ce grossier ’lapsus’ ? On se perd en conjectures surtout lorsqu’on sait que les prisons du Cameroun sont horriblement peuplées de prévenus qui en constituent la majorité. Vont-ils aussi être libérés pour délit d’innocence ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

A titre d’exemple et selon toujours nos sources dignes de foi, pour 16915 places, on compte plus de prévenus que de condamnés. Soit 15756 personnes en attente de jugement, certains de longue durée, contre 9581 condamnés définitifs. Si l’interprétation du décret du chef de l’Etat par Issa Tchiroma est exacte, le décret concerne donc les condamnés définitifs et …les prévenus, ce qui ne figure nulle part dans le texte du 18 février. C’est pour dire que «la moyenne a dépassé le total ». L’immense magnanimité du chef de l’Etat apparait donc sans limite et constitue une grande première dans le monde. On croise les doigts…Signalons selon d’autres sources qu’en juillet 2008, le Cameroun disposait de 74 prisons pour une capacité totale de 10 070 places répartis dans 10 prisons centrales, 48 prisons principales (de niveau départemental) et 16 prisons secondaires (de niveau d’arrondissement). Deux autres prisons secondaires (Douala et Yaoundé) s’y sont ajoutées depuis pour les besoins de la cause. C’est à se demander si nous ne sommes pas en face d’un mensonge d’Etat. On se demande alors d’où le Mincom tire-t-il ses sources.

Guerre de chiffres

Selon le rapport rendu public le 23 novembre 2011 par la Catholico Relief Services (Crs), 23 196 personnes croupissaient dans 74 prisons réparties sur l’ensemble du territoire. Parmi elles, quelque 14 485 prévenus attendaient toujours leurs jugements dans les geôles infectes du Cameroun.

Le Rapport sur les pratiques des pays en matière de droits de l’homme – 2012 du département d’État des États-Unis, bureau pour la démocratie, les droits de l’Homme et le travail quant à lui notait qu’en décembre 2011, « les 74 prisons du pays, d’une capacité de 16 995 personnes, hébergeaient 24 000 prisonniers et détenus»

Edking

Populaires cette semaine

To Top