Features

Issa Hayatou est devenu le potentiel successeur de Sepp Blatter

Caf-can-Issa-Hayatou-Fifa.jpg

Issa Hayatou a été nommé le 27 septembre 2014. Le président de la Confédération africaine de football est ainsi récompensé pour son soutien indéfectible au président de la Fifa.

Nombre de ses compatriotes ne l’ont appris que le mercredi 8 octobre 2014 à la faveur de l’audience  que lui a accordé le président de la République Paul Biya. Mais Issa Hayatou est le «vice-président senior», le « numéro deux » de la Fifa (Fédération internationale de football association), le bras droit du président Joseph Sepp Blatter. Le Camerounais est le dauphin du Suisse depuis le 26 septembre 2014. Le second a nommé le premier au cours de la 3ème session du Comité exécutif de la Fifa. Hayatou pourrait prendre la place du patron du football mondial si dans la période qui va jusqu’à la fin de son mandat prévu pour s’achever en 2015, Blatter connaît un empêchement ou se retrouve dans une situation d’indisponibilité. Le président de la Confédération africaine de football prend la place de feu Julio Grondona, le président de la fédération argentine de football mort dans son pays le 30 juillet 2014.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

L’histoire retient qu’Hayatou est le premier responsable du football issu du continent africain à occuper un poste de responsabilité aussi élevé. De l’avis de nombreux observateurs, l’ancien dirigeant de la Fédération camerounaise de football récolte les fruits du soutien accru qu’il apporte à Sepp Blatter.  Sa dernière action dans ce sens est la motion rédigée courant septembre 2014 par les associations nationales. Sous l’instigation de Hayatou, elles avaient pris l’engagement de voter pour le président sortant de la Fifa, le « candidat des africains » lors de l’assemblée générale qui doit se tenir en mai 2015. Une façon de remercier le Suisse en quête d’un 5ème mandat, pour son action en faveur du football africain et le coup de pouce donné à l’Afrique du Sud dans la bataille pour l’organisation de la Coupe du Monde de 2010. Hayatou n’a pas oublié que Blatter l’a aidé lorsqu’il a fallu que le Camerounais se fasse réélire au cours du scrutin très querellé de la Confédération africaine de football au mois de mars 2013. Le président de la Fifa n’a en tout cas pas la rancune tenace. Il semble n’en avoir pas voulu  à l’Africain pour s’être présenté contre lui en 2002 alors qu’il briguait un nouveau mandat à la présidence de la Fifa.

Robert Ndonkou

Populaires cette semaine

To Top