Economie

Investissements privés: quatre nouvelles entreprises en vue

investissements-croissance

L’Agence de promotion des investissements prépare les signatures de convention courant janvier. Près de 45 milliards à investir et 1600 emplois attendus.

A l’heure actuelle, quatre entreprises sont retenues au niveau de l’Agence de promotion des investissements (API), pour constituer la prochaine cuvée des bénéficiaires de la loi du 18 avril 2013 fixant les incitations à l’investissement privé en République du Cameroun. Les signatures de conventions entre ces privés, essentiellement camerounais, et l’Etat devraient intervenir avant la fin du mois de janvier en cours, à en croire Marthe Angeline Minja, directeur général de l’API. Toute chose qui portera donc le nombre de bénéficiaires de la loi sur l’incitation à 18. Puisqu’en septembre 2014, 13 sociétés avaient signé des conventions avec le gouvernement alors qu’ « une première avait déjà été signée le 2 avril, portant à 14 le nombre total de conventions signées pour l’exercice 2014 », explique Mme Minja.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Elle assure que pour la prochaine cuvée, « il n’y a que quatre entreprises parce que les promoteurs sont des hommes d’affaires camerounais connus, disposant de bons dossiers qui ont été faciles à boucler. Mais il y a plusieurs autres demandes en instance, qui peuvent également aboutir à des avis favorables d’ici quelques semaines ». C’est dire que certains dossiers seront renvoyés, s’ils sont incomplets ou parce que l’activité sollicitée n’est pas éligible. « Certes, on encourage les investissements privés au Cameroun mais on privilégie surtout ceux qui vont créer des emplois », précise la DG. Relevant par ailleurs que les quatre prochaines entreprises comptent investir près de 45 milliards de F et employer environ 1600 personnes dans les secteurs de la brasserie, la savonnerie, le cosmétique et la construction.

S’agissant du Programme de Facilitation et d’Accompagnement des Entreprises, la DG de l’API assure que « 6 sur les 14 premières sociétés ayant reçu l’avis favorable sont effectivement en train de bénéficier des exonérations prévues par la loi, en procédant aux importations d’équipements et matériels » Concernant les huit autres, ajoute-t-elle, « elles sont en train de boucler les financements, puisqu’il s’agit quand même de milliards de F à mobiliser. De toute façon, la phase d’installation a une durée raisonnable de cinq ans ». Donc ces entreprises disposent encore de quatre ans pour commencer à produire effectivement.

Félicité BAHANE N

Populaires cette semaine

To Top