Features

Interview – Georges Gilbert Baongla, «le fils aîné du président Paul Biya»

gilbert_baongla_fils_biya_003_ns_500
Ancien président directeur général du groupe de presse «Le démenti», Georges Gilbert Baongla s’est depuis quelques temps, recyclé dans le secteur du pétrole. Dans sa villa coquette du quartier Bastos à Yaoundé, celui qui se présente encore comme étant «le fils aîné du président Paul Biya», a répondu à quelques unes de nos interrogations sur sa personne (sa naissance, son enfance…) et sur plusieurs sujets brûlants de l’heure (Nouveau gouvernement, opération épervier, noms des futurs prévaricateurs interpellés, etc.) dans une interview-vérité où il juge les uns après les autres, quelques ministres du gouvernement actuel.

«Maintenant, laissez-moi vous faire une confidence, chaque fois que je dors, mon père sait quand est-ce que je dors. Chaque fois que je me réveille, mon père sait quand est-ce que je me réveille. Où est-ce que je suis dans la journée, il le sait également, puisqu’il en est informé.»

De quoi vit très exactement Georges Gilbert Baongla ? Vous habitez une somptueuse villa au quartier Bastos avec un parking bien garni, des signes extérieurs de richesses en somme… d’où tirez-vous l’essentiel de vos revenus ?

Tout d’abord, je remercie grandement Cameroon-Info.Net pour la tribune qui m’est ainsi offerte. Et pour embrayer sur votre question, laissez-moi dire, que je suis un citoyen Camerounais qui travaille pour vivre. D’ailleurs, j’ai toujours vécu dans le luxe, je n’ai jamais payé le prix de la famine, je suis né avec une cuillère en or dans la bouche. Sauf que je suis quelqu’un de très social, parce que né de parents beaucoup plus spirituels, ma feue mère est décédée le 17 juillet 2001.

Comment s’appelait-elle ?

Elle s’appelait Baongla Elise ou alors Ngo Baongla Elise. Sa photo se trouve d’ailleurs là.

Et votre père, comment s’appelle t-il ?

Mon père s’appelle Barthélémy Biya Bi Mvondo

Vous avez dit ?

Mon père s’appelle Paul Barthélemy Biya Bi Mvondo

Vous voulez parlez de l’actuel Chef de l’Etat ?

C’est bien cela ! Je suis d’autant plus étonné que beaucoup de Camerounais ne savent pas qu’il a un nom de famille…

Avez-vous fait l’objet d’une procédure de reconnaissance ?

Aujourd’hui ça ne souffre d’aucune contestation. Tout est rendu public.

Puisque lui-même n’a jamais rien démenti, malgré vos multiples sorties médiatiques. Un adage populaire n’infère-il pas aussi, que qui ne dit mot consent ?

C’est bien cela ! Vous ne pouvez pas avoir un enfant qui a de la hauteur, je ne voudrais pas me vanter moi-même, et qui ne peut que faire rayonner votre magistère et le désavouer. Figurez-vous que mon père est mon premier conseiller.

Monsieur Baongla, nous savons sans être dans le secret des dieux que Monsieur Biya est quelqu’un de très introverti, disons plutôt discret et fermé. Quand l’avez-vous rencontré pour la dernière fois ?

C’est une question indiscrète, je suis aussi un père de famille et je ne parle pas de ma vie privée en public. Comprenez tout simplement que je peux le rencontrer à tout moment. Lorsque je rencontre mon père, je le rencontre comme un fils, non pas comme n’importe quel autre citoyen irait le rencontrer, en tant que président. Pour rencontrer mon père, je n’ai pas besoin de sonner les cloches…

A l’occasion de son 81ème anniversaire le 13 février dernier, quelques photographies de l’évènement nous sont parvenues, une d’entre elles figure d’ailleurs toujours sur le site de Cameroon-Info.Net, mais vous n’apparaissez nulle part, c’est curieux !

Mais vous posez une question de diatribe… avez-vous déjà vu un parent qui célèbre son anniversaire sans que ses enfants ne soient présents ?

Nous ne vous avons pas vu sur les photographies publiées par le site de la présidence de la république

Vous avez vu qui d’autre ?

Nous y avons bien évidemment vu Brenda Biya et surtout la première dame Chantal

Comprenez que nous sommes dans une famille qui n’aime pas la végétation, il a une grande famille Monsieur Biya, au cas où vous ne le saviez pas, mon père a un collège biologique assez important. Donc, nous n’allons pas nous mettre en rang parce qu’il a un anniversaire, et quand bien même nous le ferions, nous n’enverrons pas ces images dans un site Internet pour qu’elles puissent être publiées, ce n’est pas une publicité.

Quel genre d’enfance avez vous eu Georges Gilbert Baongla ?

J’ai eu une enfance très gaie, je n’ai pas souffert, j’ai toujours appris à bien manger et à vivre décemment. J’ai le sens de la distribution, j’aime offrir comme le prône certains préceptes bibliques, il faut donner à ceux qui n’en n’ont pas… je devrais surtout dire que je suis passé d’une école primaire, secondaire à une école universitaire. J’ai fait des formations universitaires, et mon curriculum vitae se ballade partout. Je suis aussi, depuis quelques jours, le président du Parti Républicain.

Nous en parlerons en temps opportun… il se dit que vous avez été recruté à la SNH. Est-ce que Georges Gilbert Baongla peut nous dire quelques mots là-dessus ?

Non ! Je n’ai jamais été recruté dans cette structure, je suis plutôt dans un compostage des hydrocarbures et je suis beaucoup plus dans la supervision

Par qui avez-vous été nommé ?

Par celui qui en a la compétence bien évidemment ! Vous savez, je ne peux pas dire que j’ai été nommé par mon père, c’est lui qui a la compétence de l’homologation. La Noza fait dans le contrôle des hydrocarbures, elle n’a rien à voir avec la société nationale des hydrocarbures (SNH).

Mais une autre société, Hydrac pour ne pas la nommer, opère déjà dans ce secteur d’activités ?

Bon ! Mais Hydrac ça c’est son problème, moi aussi je le fais mais au superlatif. D’ailleurs nous avons ramené un bon client, Charles Metouck c’est la preuve que nous faisons du bon boulot. Hydrac était là depuis longtemps avec Charles Metouck, dés que nous sommes arrivés, nous avons tiré les choses au clair et Metouck est passé à la trappe. C’est la raison pour laquelle quelques uns disent que le président de la république a donné un important mandat à son fils.

Etes-vous intellectuellement outillé pour le faire ?

Je tenais à vous rappeler que j’ai suivi un certain nombre de formations dans le domaine pétrolier

Dans quel quartier avez-vous grandi ?

Je ne peux pas vous dire que j’ai grandi dans tel quartier. Si ma feue mère vivait, elle pourrait vous le dire. Voyez-vous ! Je suis né d’une mère sobre, je suis né à Yaoundé, j’ai fait mes études à Yaoundé, j’ai prospéré dans une ville comme Douala et après je suis allé en Europe. Je connais près de 400 pays à travers le monde. Donc, c’est toute une histoire autour de moi. Si aujourd’hui vous me retrouvez à Bastos, laissez-moi vous dire que je n’apprends pas à vivre à Bastos, vous comprenez un peu, je suis né à Yaoundé et j’ai habité Bastos, j’en suis parti très jeune. Je ne voulais pas vous dire dans le cadre de cet entretien que j’ai habité du côté de l’ambassade de Chine, avant de replier sur Tsinga.

Où étiez-vous le 06 novembre 1982, lorsque le successeur constitutionnel d’Ahmadou Ahidjo est devenu Président de la République ?

J’étais là en 1982… j’étais bel et bien au Cameroun

Qu’est-ce qui s’était passé dans votre vie ce jour-là ?

Je ne veux pas parler de l’ancien régime

Autrement dit, quand votre père est arrivé au pouvoir, comment avez-vous ressenti cela ?

Vous ! Vous êtes terrible, qu’est-ce que vous voulez même savoir exactement ? Vous voulez que je vous dise que j’étais à Meyonmessala, ensuite à Mvomeka’a… c’est bien cela ?

Nos lecteurs veulent en savoir plus sur vous, c’est ça le problème…

Dites leur que je connais bien le village où je suis sorti, et que je connaissais très bien ma marraine Jeanne-Irène Biya. Je peux même vous donner des photos de moi au village, mais je ne le ferai pas.

Pourquoi ne le ferez-vous pas ?

Vous êtes quelqu’un de très curieux hein ! Pourquoi voulez-vous que je mette ma famille à découvert…

Le 06 Avril 1984, où étiez-vous lorsque Paul Biya a fait l’objet d’un coup d’état ?

Le 06 Avril, me rappelle beaucoup de choses parce que j’étais là. J’ai vécu ce coup d’état dés les premières heures de ce jour-là. Mais je savais quand même qu’il allait échouer parce qu’il avait été très mal préparé.

Comme je vous le disais donc plus haut, ce matin là à 04 heures au niveau du carrefour Warda alors que je faisais mon footing habituel, j’ai vu les chars d’assaut qui montaient, probablement vers le palais ou la maison de la radio. A l’époque, j’habitais la périphérie de Bastos. Donc, je pouvais facilement courir entre le palais des congrès jusqu’à la poste centrale. Lorsque j’aperçois alors les chars, je sais pertinemment que quelque chose de suspect est entrain de se tramer, je rentre donc immédiatement à la maison et je me rendors. Autour de 09 heures, je suis réveillé par ma mère qui m’apprend qu’il y a coup d’Etat, elle me rappelle surtout qu’il est interdit de sortir.

A cette époque là, votre père venait-il déjà physiquement où vous habitiez votre mère et vous ?

Vous voulez quoi ? Vous voulez même savoir quoi ?

Quelques uns de vos anciens voisins nous ont confié que Paul Biya envoyait un de ses proches collaborateurs, qui est aujourd’hui un éminent ministre, pour vous remettre des enveloppes, le confirmez-vous ?

Je ne veux rien dire à ce propos, mais figurez-vous que mon père a des amis. Pour couper court, je veux que vous compreniez une fois pour toutes, que mon père et moi nous avons toujours été proches. Maintenant, s’il y’a des ministres qui nous fréquentaient je ne vais rien vous dire là-dessus, puisque c’est secret. Qu’à cela ne tienne, laissez-moi vous confirmer qu’aujourd’hui, mon père connait tous mes numéros de téléphones. Même quand on est président de la république on sait comment voir son fils, même s’il est n’importe où. Pour ne pas vous offenser, puisque vous voulez absolument tout savoir sur moi, je vais vous dire succinctement que certaines personnalités ont parfois joué le rôle de courroie de transmission entre papa et moi. C’est un travail en réalité ! Si je vous avoue par exemple que j’ai été très proche du cabinet civil par le passé, et qu’aujourd’hui nous ne nous entendons plus, pour un certain nombre de choses ! C’est normal… Maintenant, laissez-moi vous faire une confidence, chaque fois que je dors, mon père sait quand est-ce que je dors. Chaque fois que je me réveille, mon père sait quand est-ce que je me réveille. Où est-ce que je suis dans la journée, il le sait également, puisqu’il en est informé.

C’est vraiment curieux, d’autant plus que dans l’imagerie populaire, pour le commun des Camerounais Paul Biya reste quelqu’un de très inaccessible…

Je voulais vous poser une question, si vous le permettez…

Bien sûr que je le permets !

De mémoire de journaliste, n’avez-vous pas remarqué que chaque fois que je suis en difficulté, ou chaque fois que quelqu’un essaie de me créer des problèmes, il y’a toujours une intervention qui vient de quelque part ? Ça voudrait tout simplement dire que mon père veille sur moi.

C’est peut-être vrai Monsieur Baongla, d’autant plus qu’il nous revient que vous avez une fois séjourné a la prison de Kondengui à la suite d’un litige qui vous a opposé à un magistrat de la république. Il y’a aussi eu la fameuse affaire Abah Abah Polycarpe…

L’histoire du magistrat auquel vous faites allusion portait sur l’homosexualité. Ce Monsieur avait estimé que j’avais eu tort de dire que l’homosexualité existait au Cameroun, et que j’étais même allé jusqu’à publier des images qu’il avait jugées pornographiques. Quant à Abah Abah, il voulait me faire embastiller par tous les moyens, il avait à l’époque profité du fait que je dénonçais bruyamment sa mauvaise gestion dans les colonnes de mon tabloïd «Le démenti», pour me coller des procès au dos. Mais rien ne m’arriva, posez la question au ministre Amadou Ali… le président l’avait clairement instruit de suivre cette affaire. Voyez-vous ! Paul Biya est un père qui n’aime pas qu’on touche à ses enfants. Je donne cette information aujourd’hui à quiconque veut s’attaquer au président. Chaque fois que vous voulez vous attaquez à Monsieur Biya, attaquez-vous à ses enfants.

Vous avez au cours d’une émission télévisée, affirmé que tôt ou tard, Iya Mohammed finirait en prison… rappelons que cette déclaration est antérieure à son arrestation. De qui teniez-vous de telles informations ?

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

J’ai toujours de très bonnes sources d’informations, n’oubliez pas aussi que j’ai flirté pendant longtemps avec les milieux du journalisme. Vous ne pouvez pas être dans le bon couloir et ne pas avoir la bonne information. Laissez-moi vous dire que je connais personnellement Iya Mohammed, il a toujours été soutenu par certains membres de la famille présidentielle que je ne nommerai pas ici. Je savais que ça allait très mal se terminer pour lui, c’est quelqu’un qui n’a jamais aimé la vérité.

Puisque vous êtes dans le bon couloir, qu’est-ce qui bloque la publication du gouvernement attendu ?

Le gouvernement attendu sortira, la publication du gouvernement obéit toujours à une programmation politique… chaque gouvernement a son temps. Est-ce que c’est parce que le gouvernement n’a pas été publié que les ministres doivent arrêter de travailler ? Est-ce que c’est parce que le gouvernement n’a pas été publié que quelque uns doivent piquer des sous dans les caisses de l’Etat… c’est bien évidemment, non ! L’inertie permanente qui existe depuis toujours dans nos administrations publiques, n’est pas le fait de la non-publication du gouvernement. En tout cas, je vous promets que d’ici peu, il y aura un nouveau gouvernement.

La rumeur dit que malgré le décret présidentiel portant commutation et remise des peines, de nouvelles arrestations devraient avoir lieu, on parle de plus en plus du remplissage des cellules Vip du Sed ?

Je vous le confirme, toutes les cellules auxquelles vous faites allusion seront pleines. Votre étonnement me surprend moi-même, d’autant plus que c’est la poursuite d’une politique.

Après l’épisode Marafa, des indiscrétions ont fait état de ce que Paul Biya n’allait plus faire arrêter personne dans son camp, parce que cela serait contreproductif ?

Ce n’est pas Paul Biya qui arrête ou qui fait arrêter des personnes, c’est l’Etat qui enclenche l’action publique. Je suis parfois écœuré d’entendre que le chef de l’Etat fait arrêter des personnes, parce qu’il a horreur de la concurrence. Laissez-moi vous informer que j’ai déjà annoncé à ma candidature pour les présidentielles de 2018

Sous la bannière du Rdpc ?

Bien sûr que non ! Ce sera sous la bannière du parti républicain dont je suis le président et le promoteur.

Avez-vous reçu l’assentiment de votre père ?

Il est mon premier conseiller, et j’ai bel et bien reçu son onction.

Est-ce que ce n’est pas osé de déclarer sa candidature 04 années avant la tenue d’une élection ? Les politiciens professionnels ne commettent jamais ce genre de bévues ?

Ce n’est pas une bévue ! Je voulais d’ores et déjà préparer mon électorat, d’autant plus que j’entends ratisser large, pour avoir le plus grand nombre de suffrages en milieu jeune, aussi bien à l’intérieur du pays que dans la diaspora.

Pourquoi n’avez-vous pas sollicité une investiture au niveau du Rdpc ?

La candidature de mon père ne souffre d’aucune contestation dans ce parti, dont il est le candidat naturel.

Pourquoi ne militez-vous pas dans le Rdpc ?

Quel intérêt aurais-je à militer dans un parti qui se meurt ? Beaucoup de militants du Rdpc sont des prédateurs… souvenez-vous de ce qu’il avait lui-même dit lors du congrès ordinaire, « je sais que vous êtes des bandits en col blanc ! »

Vous avez tantôt confirmé la reprise des arrestations, pouvez-vous nous donner les noms de quelques responsables qui seraient sur la liste rouge ?

Des ministres de l’actuel gouvernement et certains directeurs généraux des sociétés d’Etat seront arrêtés.

C’est très vague comme réponse. Donnez-nous des noms…

Ceux qui ont posé des actes passeront sous la trappe. Vous ne pouvez par exemple pas être un ministre sérieux et dire que le président de la république vous a donné 185 millions pour que vous puissiez arranger une maison. C’est le cas d’Essimi Menye qui est aussi mon voisin ici à Bastos. Il se trouve qu’une maison avait été ravagée par les flammes, nous ne savons pas très exactement ce qui s’était passé, mais à l’époque où il occupait les fonctions de ministre des finances, il a affirmé avoir été reçu par le président de la république qui lui aurait demandé d’arranger cette maison. Il a passé un marché de gré à gré, alors qu’il n’était pas la personne indiquée… d’autant plus que le Cameroun possède bel et bien un ministre chargé de l’habitat et du parc immobilier de l’Etat. Au final, ce Monsieur a empoché les 185 millions en disant que lesdites réparations avaient coûté 185 millions. Est-ce que le président Biya lui-même peut arranger sa propre maison à ce montant ? C’est aux établissements « La grâce Anaëlle » qu’il avait donné ledit marché, aujourd’hui il est incapable de payer. Or, à l’heure qu’il est, ce dossier se trouve déjà sur la table du chef de l’Etat qui le scrute. Le ministre de la communication a également beaucoup d’ardoises. C’est un marron noir !

Personne ne vous croira, s’agissant de Monsieur Issa Tchiroma Bakary, qui a jusqu’à lors bénéficié de la confiance indéfectible de votre père, qui en a même fait le porte-parole du gouvernement ? C’est un défenseur attitré du régime…

Il défend quel régime ? Est-ce que avant lui, le président Paul Biya n’était pas là ? Issa Tchiroma est impliqué dans des affaires très compliquées. Souvenez-vous du dossier des sinistrés de l’avion en Afrique du Sud, sa gestion des fonds du ministère est également fortement décriée.

Pouvez-vous nous donner d’autres noms ?

Paul Atanga Nji par exemple !

L’homme auquel vous faites allusion, est un maillon essentiel du dispositif sécuritaire de Paul Biya…

Il a des ardoises à la Campost !

Paul Atanga Nji est un ponte du Rdpc dans la Mezam et surtout le secrétaire permanent du conseil national de la sécurité…

Je sais aussi qu’il est le directeur de publication d’un journal qui s’écrit à la présidence de la république, avec les bics, les machines et les budgets de cette administration, je voulais parler de «Hot News», dont les locaux se trouvent à un jet de pierre de la présidence de la république.

Paul Atanga Nji est le secrétaire permanent du conseil national de la sécurité et ce n’est pas n’importe qui…

Pouvez-vous me montrer où se trouvent ses bureaux ? Les gens se méprennent beaucoup sur Paul Biya… laissez-moi vous confier qu’il va ramener tout l’argent qu’ils ont planqué dans les paradis fiscaux, environ 3500 milliards. Si je vous dis qu’un Monsieur comme Séraphin Fouda va être inquiété…

Comment est-ce possible ?

L’affaire Titus Edzoa ne vous dit-elle, rien ?

Mais il avait posé sa candidature à l’élection présidentielle contre votre père ? Ce que ne ferait jamais le professeur Séraphin Fouda…

C’est la presse qui le dit ! Même si elle aura pleinement raison, lorsque tous les prédateurs qu’elle a formellement dénoncés, ces derniers temps, finiront derrière les barreaux. La presse fait d’ailleurs un travail formidable ! Malgré les petits gombos que vous percevez de temps à autre.

Par rapport aux noms d’éventuels locataires des cellules VIP, nous restons sur notre faim, mais donnez-nous des noms ? Certains journaux ont quasiment jeté l’actuel ministre de la défense à la vindicte populaire, qu’adviendra t-il de lui ?

S’il a trempé, il passera à la trappe comme n’importe autre quel ministre !

Mais Alain Edgar Mebe Ngo’o n’est pas n’importe qui, votre père aurait vécu chez le sien à Nden ?

Ce que vous dites là est très grave ! Zoétélé ou Nkolfong n’est pas Meyomessala ni Mvomeka’a. En sus, Paul Biya est le président de tous les Camerounais.

Il se susurre le gouvernement n’est pas publié parce que Cavaye Yeguié Djibril sera dégagé du perchoir. On raconte d’ailleurs que la primature devrait revenir au grand Nord et l’assemblée nationale aux anglophones ?

Ce sont de simples présuppositions, des hypothèses sans aucun fondement. A ce que je sache le président Cavaye n’aurait aucun problème…

Que pensez-vous de la nomination d’Aminatou Ahidjo au gouvernement ?

Elle a quelles références ?

Elle est diplômée en communication…

Dans le cas, je présume qu’elle ferait une bonne ministre de la communication à la place du mécanicien, suivez mon regard ! Je comprends d’ailleurs maintenant pourquoi Issa Tchiroma gesticule beaucoup depuis un certain temps

Si je vous disais, Ama Tutu Muna, ministre des arts et de la culture ?

Incompétente ! Elle mérite d’être immédiatement dégagée. Je me demande même si cette femme a lu Mamadou et Bineta comme tout le monde. On dirait qu’elle sortait tout droit de la rue. Elle est acculturée… Pour le cinquantenaire de la réunification elle a fait édifier une statue de granit de 80 tonnes qu’elle aurait facturé à 1,5 milliard de nos francs.

Si je vous disais Philémon Yang ?

L’actuel premier ministre est une femme à la place d’un homme. Ecrivez ce que je vous dis là. Ce Monsieur est inexistant, il a une politique dormante, d’ailleurs il se retrouve dans des histoires de terrain à Bonaloka… Ce qui me rappelle sa marche à pied d’escalier Bar Mvog Ada jusqu’à Nkol Ewoé, puisqu’il habitait quelque part de ce côté-là. Il est comme une tripe mouillée, c’est quelqu’un qui pense qu’être premier ministre c’est se taire et ne rien faire.

Si je disais Laurent Esso ?

L’actuel garde des sceaux est un homme de caractère, c’est l’un des meilleurs collaborateurs du chef de l’Etat !

Si je disais René Emmanuel Sadi ?

C’est un haut commis de l’Etat, un diplomate très expérimenté, mais son entourage est très pollué par quelqu’un qui se présente comme étant son filleul. Monsieur Okalia Bilaï traîne plusieurs casseroles derrière lui, et je demande ouvertement au ministre Sadi de lui fermer la porte au nez. Il a piqué 261 millions pour les salles de classe du côté de Douala 4ème avec un maire du Sdf, cet argent avait été remis par le Feicom. Il a également détourné 241 millions pour la construction de 12 forages, alors qu’il était le préfet du Wouri, malgré tout il a été promu gouverneur.

Si je vous disais Luc Magloire Mbarga Atangana ?

Ce Monsieur a de la «bésantine», il est bon pour du vin, j’ai l’impression qu’il boit beaucoup d’eau et qu’il a de temps en temps des hallucinations.

Si je vous disais Alain Edgar Mebe Ngo’o

Il y a beaucoup de gazons qui poussaient du côté du siège de la délégation générale à la surété nationale (Dgsn), et son entretien coûtait entre 300 et 400 millions par mois, lorsque je m’y suis rendu j’ai remarqué que c’était un terrain nu. Bizarrement, ledit marché était attribué toujours à son épouse. Il me revient aussi qu’à une certaine époque sa femme allait livrer les tenues à Muntenguene avec les perfusions sur les bras. Il est propriétaire de beaucoup de choses du côté de Kribi. Il a vécu très difficilement, lorsqu’il était sous-préfet à Mvengué il n’y avait pas du pain à l’époque… malgré tout, il a laissé une facture de 13900 Fcfa chez un boutiquier la-bas.

Si je vous disais Martin Mbarga Nguelé ?

Martin Mbarga Nguelé est un dictateur. Il veut faire marcher tout le monde selon ses quatre volontés, c’est le seul ministre qui pense qu’il est très proche de Paul Biya. Un jour, mon père m’a dit de ne pas m’occuper de lui, parce que ce Monsieur est entrain de payer ses dernières ordonnances.

Si je vous disais Jean-Baptiste Bokam ?

Jean-Baptiste Bokam est un très grand travailleur, il abat un travail formidable à la gendarmerie, on peut lui faire quelques reproches sur son passage aux travaux publics, certes mais à présent il compte parmi les meilleurs ministres de l’actuel gouvernement. Il ne va pas mourir, hein ! Il se remet progressivement sur pied.

Si je vous disais Bapès Bapès ?

C’est un homme peureux, il veut faire plaisir. Je sais qu’il habite toujours les bas-fonds d’Etoa-Meki, dans une espèce de ravin. Bizarement, lorsqu’il a quitté la Magzi, son bureau a été inondé d’eau si bien que les papiers y surnageaient. Jusqu’à ce jour, la Magzi n’a jamais été audité par les inspecteurs d’Etat.

Si je vous disais Jean-Pierre Biyiti Bi Essam ?

Je me rappelle qu’il avait été chassé d’une maison à Mendong pour loyers impayés. Il a été repêché par le décret. Partout où il passe, le ministère se meurt. Il faut qu’il rentre à la présidence de la république pour y attendre sa retraite.


Yves Junior NGANGUE

Populaires cette semaine

To Top