Features

Intense session parlementaire de novembre

Boko-Haram-Sénat-l’Assemblée-nationale-Cameroun-session-parlementaire-députés-armes

Onze projets de loi adoptés. Dont ceux portant loi de finances de la République du Cameroun pour l’exercice 2015 et celui portant loi de règlement de l’exercice 2013. Nos parlementaires ne se sont pas tourné les pouces au cours de la 3e session ordinaire de l’année législative qui a pris fin jeudi dernier au Sénat et à l’Assemblée nationale.

Difficile de ne pas mettre l’accent sur la loi de finances, dont la promulgation est désormais attendue du président de la République. Au-delà du fait qu’il s’agissait d’un exercice habituel en cette période de l’année, la loi de finances adoptée est la 3e du budget-programme mis en place dans le cadre de la loi du 26 décembre 2007 portant régime financier de l’Etat. Ce budget a ainsi été élaboré conformément aux directives contenues dans la circulaire du 2 août 2014 et relatives à sa préparation signée par le président de la République. Un budget de 3 746,6 milliards de F, en hausse de 434,6 milliards de F par rapport à celui de l’exercice en cours. Dans le même sillage, députés et sénateurs n’ont pas manqué d’apporter leur soutien au président de la République qui a instruit la mise sur pied d’un Plan d’urgence pour l’accélération de la croissance en faveur des dix régions du Cameroun.

Comme il est de tradition, et conformément aux dispositions de la Constitution, le Premier ministre, chef du gouvernement, Philemon Yang a présenté le Programme économique, financier, social et culturel de l’exercice 2015 devant l’Assemblée nationale, et surtout les grandes tendances qui vont sous-tendre la réalisation de ce budget. Avec un taux de croissance du PIB à 6,3% et une inflation contenue à 3%. Et les grandes tendances des actions que va conduire le gouvernement à travers les dix régions du Cameroun.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Une présentation du chef du gouvernement qui a ouvert la voie à la défense des différentes enveloppes budgétaires par les chefs de départements ministériels. Un exercice qui a eu lieu tant à l’Assemblée nationale qu’au Sénat. Mais, on aura surtout noté un vif intérêt des membres des deux chambres du parlement pour une meilleure exécution de ce budget, notamment dans sa composante-investissement. Si les prévisions dans ce volet se chiffrent à 1 150 milliards de F, soit plus de 30% de l’enveloppe globale, force est de constater que les parlementaires n’ont pas manqué d’interpeller le gouvernement sur la faible exécution du budget d’investissement. « « Malgré l’embellie actuelle, si les engagements dans ce domaine affichent 89,30%, il faut tout de même déplorer que le taux d’exécution physique, à la date du 24 octobre 2014, ne tournait qu’autour de 37% », n’avait d’ailleurs pas manqué de s’inquiéter le président de l’Assemblée nationale, le Très honorable Cavaye Yeguié Djibril, à l’ouverture de la session le 12 novembre dernier.

Mais cette session de novembre aura également marqué un vif intérêt des parlementaires pour les questions relatives à la sécurité du territoire national. D’où la tenue le 27 novembre 2014 d’une séance plénière spéciale à l’Assemblée nationale. Au cours de celle-ci, les membres de la représentation nationale, sans distinction de chapelle politique, ont apporté leur soutien au président de la République et aux forces de défense et de sécurité engagées sur les fronts de la lutte contre l’insécurité à l’Est et à l’Extrême-Nord. Un soutien qui s’est ensuite traduit par le vote de trois projets de loi rentrant dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Si les deux premiers textes autorisaient le président de la République à ratifier des conventions de l’OUA et de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre le terrorisme, le troisième projet de loi porte sur la répression des actes de terrorisme. Une démarche qui consiste à doter notre pays d’un cadre légal de lutte contre ce fléau, au moment où le Cameroun fait de plus en plus face aux exactions de la secte islamiste Boko Haram à l’Extrême-Nord, et aux incursions de bandes armées du fait de l’insécurité qui règne en République centrafricaine à l’Est.

© Jean Francis BELIBI | Cameroon Tribune

Populaires cette semaine

To Top