Features

Instabilité du Cameroun: Le film de la détention de Me Harissou

abdoulaye_harissou_marafa-Boko-Haram- tribunal

Entre 2012 et 2014, Me Harissou a parlé au téléphone avec Aboubakar Sidiki trois fois. Il avait  aussi été en relation avec un  commerçant  connaissant Aboubakar Sidiki,  en vue de la location d’un  bulldozer pour le terrassement de  son ranch de Malambo à N’Gaoundéré. Aboubakar Sidiki, résident à Douala, livreur  d’appareils de distribution d’eau glacée dans les bureaux est natif de Dougoï à Maroua, la ville de résidence professionnelle de Me Harissou qui, lui est natif du quartier Ribadou au centre de Garoua 1er. Marafa Hamidou Yaya, issu de l’aristocratie peule de Garoua, ingénieur diplômé en pétrochimie de l’Université du Kansas (États-Unis), est un ami d’enfance de Me Harissou.

Ce sont là les ingrédients du polar politico-policier mis en place par certains éléments du pouvoir avec les objectifs, selon nos sources, « d’avoir la peau» de l’ex-Minadt, condamné à 25 ans de prison ferme pour « complicité intellectuelle avec l’homme affaires Yves-Michel Fotso. Marafa Hamidou Yaya est du reste considéré comme prisonnier politique, dans les rapports des pratiques des pays en matière de droits de l’Homme du département d’Etat des États-Unis. L’autre raison inavouée de l’intrigue politico-policière est, pour les scénaristes de ce film de série ‘b’,  de faire décaisser un bon pactole comme effort de guerre, sous le prétexte d’enrayer les ‘visées insurrectionnelles des comploteurs de l’intérieur et leurs connexions en République centrafricaine.’ Joli programme relayé complaisamment par certains confrères exploitant les rapports de la police politique, dont on sait que les principaux ‘clients’ se recrutent moins à l’extérieur qu’au sein  de la population.

On apprend ainsi que Me Harissou, détiendrait un  ‘effort de guerre’  de «5 milliards Fcfa». Ce à quoi le notaire s’étonne : «je n’ai aucun compte qui ait brassé un jour 5 milliards Cfa». Il lui est aussi ‘reproché’ ses récents voyages à l’étranger et notamment dans «les pays du golfe ».  A ce propos, son entourage affirme que son dernier voyage vers le golfe date des vacances d’août 2008 «avec son épouse, ses deux filles et son fils Abdoul Hady. Il en a profité pour faire  un pèlerinage à la Mecque avec son fils». Selon la presse, Il est attribué au plus que sexagénaire le projet de faire sauter par des explosifs les préparatifs de pose de la  première pierre du 2è pont sur le Wouri. Mais là aussi, ses accusateurs se sont plantés : «il n’était pas au Cameroun à cette période. Son passeport en fait foi. Du reste, cet aspect fabriqué par la Dgre a été abandonné au Sed.»

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Tribunal pénal international

Me Harissou, suivi, sur écoute téléphonique, est finalement arrêté à Maroua le 27 août 2014  et mis au secret. Le Messager est aujourd’hui en mesure de retracer l’itinéraire des 30 jours de calvaire du notaire dans les geôles de la Dgre au quartier du lac à Yaoundé. A la suite  d’un traquenard policier, il est tiré  du confort douillet de son cabinet vers les bureaux du gouverneur de l’Extrême-nord, mis en état d’arrestation et convoyé à Yaoundé  où il est jeté dans une cellule. Les cinq premiers jours, le notaire a du mal à s’adapter et refuse de se nourrir. Face à l’insistance de ses gardes qui lui disent que faute de s’alimenter, il peut perdre la vie, il répondra qu’il mourra certainement d’inanition ou autre, mais que ceux qui l’auront  envoyé vers la mort finiront au Tribunal pénal international. Face à cette perspective, la peur change de camp. Son statut  aussi. Le notaire pose des conditions pour s’alimenter : 1/pouvoir parler à sa famille; 2/faire commander ses repas au restaurant turc ‘Istanbul’ à Yaoundé,  où l’on sert des plats  dit ‘halal’ pour musulman ; 3/pouvoir lire les journaux. Dès le 6e jour, Me Harissou est sorti de l’isolement ;  il reçoit ses repas et les journaux ; il peut téléphoner à son épouse tous les deux jours.

Un mois plus tard après ce traitement de ‘roi’,  il est conduit au Sed, présenté au tribunal militaire et transféré, sans qu’il lui soit signifié les motifs de sa détention,  à l’ancienne et sinistre ‘Bmm’ du temps de Fochivé,  aujourd’hui devenue prison principale en face de la prison centrale de Kondegui à Yaoundé. Jusqu’ici, même si quelques personnes arrivent à s’infiltrer dans les failles du système pénitentiaire comme son épouse qui devait lui rendre visite samedi dernier, Me Harissou  est interdit de communication. Tout comme l’opposant Sidiki Aboubakar, une sorte de ‘Gustave Essaka du Dic’ aux  premiers mois d’ouverture démocratique, critiquant, zozotant, vouant Biya aux gémonies  avant de changer de camp et devenir membre de la majorité présidentielle. Aboubakar Sidiki, menotté mains au dos durant 5 jours à la Dgre, balloté entre torture et dénonciations à l’encan, finit par cracher un morceau judiciairement indigeste qu’il ne reconnait plus aujourd’hui que les circonstances et les conditions de détention lui donnent quelque répit. Il lui fallait à tout prix sortir de l’enfer concentrationnaire. Comme l’affaire est maintenant en instruction aux bons soins du commissaire du gouvernement dit-on,  il faut laisser le temps au temps…Mais le notaire et l’opposant ne sont pas encore sortis de l’auberge. Le seront-ils tant qu’on n’aura pas noyé le poisson ?

© Marlyse SIBATCHEU | Le Messager

Populaires cette semaine

To Top