Features

Insolite : L’évêque de Nkongsamba, artiste musicien, présente son nouvel album

eveque Nkongsamba

Un prince de l’Eglise qui pousse la chansonnette. C’est ce qu’a fait Dieudonné Espoir Atangana le 19 avril 2015 à la paroisse Saint-Pierre de Kong, à Yaoundé deux heures durant. L’évêque de Nkongsamba n’a pas fait que chanter devant l’assistance composée notamment de religieux.  Sur le podium dressé pour la présentation de son troisième album, il a esquissé quelques pas de danse devant un public un peu étonné, mais surtout admiratif devant un tel acte d’humilité.

Le prélat-chantre a pourtant tenu à rappeler  qu’il a toujours été un passionné de musique. « Je ne suis pas né prêtre. Encore moins évêque. J’ai grandi comme tous les jeunes : j’ai joué au football, basket-ball, à la guitare, j’ai chanté dans les chorales depuis le petit séminaire, j’ai dirigé des chorales jusqu’à la prêtrise où j’ai un peu laissé. Mais j’ai reçu un don de Dieu, il ne faut pas l’enterrer », a expliqué le 5ème évêque de l’histoire du diocèse de Nkongsamba, dans le département du Moungo (région du Littoral).

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Dieudonné Espoir Atangana compte déjà huit albums de musique. L’évêque nommé le 26 mai 2012 par le Vatican en a présenté deux il y a exactement deux ans. Ce 17 avril-là, devant le gratin des personnalités de la région du Littoral réuni à la cathédrale Saints Pierre et Paul, il a dédicacé ces produits. On y retrouvait des rythmes locaux comme l’Ekang, le Mangambeu, le Bikutsi et de l’Essewe. Les 15 titres des deux albums étaient chantés dans les langues Ewondo, français et anglais. Ils étaient inspirés de la Bible et les messages portaient sur la foi et la relation avec Dieu. L’auteur de l’album avait présenté ses deux œuvres comme une suite dans l’évangélisation, une manière de rendre grâce à Dieu, une manière de le louer. Car, clamait-il à l’époque, « chanter c’est prier deux fois ».

Robert Ndonkou

Populaires cette semaine

To Top