Features

Insécurité alimentaire: L’afflux des réfugiés expose certaines régions camerounaises

cameroun-réfugiés-Fotokol

270 000 réfugiés Centrafricains et Nigérians disséminés dans plusieurs localités

L’afflux des réfugiés centrafricains et nigérians pourrait exposer certaines localités camerounaises à la famine, selon le ministère de l’Agriculture et du Développement rural alors que le Cameroun célèbre de concert avec la communauté internationale, la Journée mondiale de l’Alimentation.

Avec la présence de 270 000 réfugiés Centrafricains et Nigérians disséminés dans plusieurs localités camerounaises, les besoins alimentaires ont du mal à répondre à une demande de plus en plus croissante.

Selon le MINADER, « si rien n’est fait au plus vite pour générer efficacement cette situation, plusieurs localités feront face à la famine dans un délai relativement court », a-t-on appris.

Il s’agit notamment de certaines localités des régions de l’Est et de l’Extrême-nord qui accueillent la plupart des réfugiés Centrafricains et Nigérians, à cause de l’insécurité qui règnent dans les deux pays.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

Parmi les localités exposées à la famine, il y a notamment les départements de Logone et Chari, de Mayo-Tsanaga et de Mayo-Sava, dans l’Extrême qui accueillent l’essentiel des réfugiés Nigérians, et le département de la Kadei, à l’Est du Cameroun, où sont concentrés l’essentiel des réfugiés Centrafricains.

Pour l’instant, l’appui de la Communauté internationale, en l’occurrence, l’Organisation mondiale pour l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM) permet pour l’instant de parer au plus pressé, même si çà et là, on fait déjà état « d’une tension alimentaire ».

© Source : APA

Populaires cette semaine

To Top