Features

Infanticide : Elle massacre son bébé après l’accouchement

499bdac13dbbea7609b18fa21980b0f1

Horreur dans la cité capitale du Nord-Ouest. En cette matinée de mardi 10 décembre 2013, jour de la célébration de l’édition 2013 de la déclaration universelle des droits de l’homme. Mademoiselle Calisa Mbong Feseh, 26 ans a donné naissance à un beau bébé de sexe masculin dans sa chambre au quartier Old Town. Elle sectionne elle même le cordon ombilical. Seulement, elle décide d’abéger le séjour de cet innocent. Pendant qu’elle accomplit cet infanticide, le bébé crie et attire l’attention du voisinage.

Quelques minutes après, c’est un silence dans la chambre. Sidérés, certains voisins accourent et cognent à la porte. Pas de réaction. Les éléments du commissariat central de Bamenda sont alertés. Ils arrivent sur les lieux, frappent à la porte à leur tour. Toujours un silence de carpe. Ils enfoncent la porte. Le constat est ahurissant. Le bébé est sans vie dans une marre de sang. La face est fracassée, les membres inférieurs et supérieurs cassés. On a l’impression qu’elle a pressé le nourrisson et il a rendu l’âme.

Nous suivre ►► Facebook   Twitter   Instagram   Youtube 

La mère est emmenée presto illico au commissariat central où elle passe aux aveux complet, affirmant qu’elle a étranglé le bébé parce que le père présumé a refusé de reconnaître le bébé à sa naissance, prétextant qu’il n’était pas l’auteur de la grossesse, a appris Le Messager de source policière. C’est dire si elle a porté l’enfant dans son sein pendant neuf mois. Au moment où nous mettions sous presse, elle était encore au commissariat et sera présentée devant le procureur de la République avant d’être déférée en prison. Encore un cas d’infanticide qui interpelle la maîtrise de la sexualité et la responsabilité parentale.

Donat Suffo

Populaires cette semaine

To Top